Quartier à la une : Grand Standing 

Quartier à la une : Grand Standing 
edk
La station EDK installée au quartier grand standing

Situé au nord-ouest de la ville, le quartier Grand Standing loti depuis 1979 compte aujourd’hui 60.000 âmes. Ses premiers habitants, peu nombreux,  se sont installés en 1982; on peut citer  le sage  et pionnier Mayoro Fall, à ne pas confondre avec  feu son frère transporteur du même nom, feu, Cherif Aïdara, mère Diedhiou, le premier chef de quartier , Sounkarou Coulibaly, un ancien garde républicain  . C’était sous le magistère du maire Moustapha Ndiaye. Ainsi commença la narration de l’actuel  et deuxième délégué du quartier, installé  depuis le 3 novembre 2015, Ngorane Ngom , un enseignant à la retraite en 2010; après 40 ans de bons et loyaux services dans l’ enseignement. Il a été jusqu’à son départ, Directeur de l’école élémentaire Djibril Diaw de Grand -Thiès . Il habitait le quartier depuis 1988.

Très vite, les populations se sont retrouvées dans une association  pour prendre en charge les problèmes de sécurité, d’environnement ( …)

Un nom à la consonance pompeuse

 En assemblée générale, la dénomination du quartier sous le nom de Grand Standing  était posée: les habitants ne voulurent pas du nom, le trouvèrent désagréable à l’oreille et pouvait faire croire que le quartier au nom pompeux était habité de personnes aisées, à  l’image de la cité millionnaire qui s’appellera plus tard, la cité Malick Sy.  Alors, de nouveaux noms étaient proposés : Darou Miname, Darou Salam, Medine. Ngorane proposa Mayoro Fall, qui s’était beaucoup investi pour le quartier et faisait unanimité autour de sa personne . Malheureusement, avant même aue la lettre de proposition ne soit déposée,  le conseil municipal s’était réuni  et décidé d’ériger officiellement  le quartier  en gardant son ancienne appellation, Grand Standing. On peut dire que le quartier est bien structuré, soudé et solidaire. Les  femmes, très actives dans la micro-finance se retrouvent dans le comité de gestion et avaient crée outre des dahiras, des groupements comme Dimbalanté, Sope Dabakh  et  Pasteef où se font sur fonds de cotisations des prêts rotatifs sans interêts. Les jeunes se retrouvent dans l’asc du quartier.  Des réalisations ont été faites depuis avec le déblaiement des axes routiers, la construction d’une école élémentaire  hors du quartier, un Cem, une case des tout-petits grâce aux efforts de l’actuel délégué, Ngorane Ngom, Alassane Ndiaye le conseiller municipal le professeur Saliou Dioume auprès des autorités municipale et académiques (…) . Pour l’heure, le quartier aspire à avoir une deuxième école élémentaire cette fois à l’intérieur du quartier, des postes de sante . On note  aussi un grand dynamisme des activités commerciales tels que des stations services, des agences etc;

Le tapage du bar dancing, l’insécurité , le proxénétisme

.Le quartier connait beaucoup d’agressions surtout la nuit, avec les vieux bâtiments en construction,  ce qui avait emmené les femmes à vouloir faire une marche de protestations. Mais sur ce plan, le délégué est optimiste  et se dit rassuré sachant que les autorités compétentes veillent sur la sécurité du quartier. le quartier n’est pas très tranquille sur le plan des bonnes mœurs car , récemment la police avait démantelé un réseau de proxénétisme. La proximité du bar -dancing  considérablement  avec le tapages des jeunes et les batailles rangés.  Ne connaissant pas encore des problèmes d’assainissement comme les vieux quartiers, Grand Standing est à l’épreuve  des perturbations dans l’approvisionnement en eau avec un réseau défaillant  dans certains endroits , malgré les efforts de la Sde,  le rationnement  des camions qui ne saurait perdurer…

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…