RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE, CATARACTE, GLAUCOME…. : Ces maladies qui rendent AVEUGLES

RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE, CATARACTE, GLAUCOME…. : Ces maladies qui rendent AVEUGLES
Negoce

De nombreuses pathologies entraînent une cécité, progressive ou plus brutale qui pourrait être prévenue par une information correcte, une bonne observance des traitements ou le dépistage précoce permettant des prises en charge souvent efficaces.

LA CATARACTE, PREMIÈRE CAUSE DE MALVOYANCE

La baisse de vision est progressive, elle peut se traduire au stade débutant par une sensation d’éblouissement lors de la conduite d’automobiles et finit par apparaître comme une « pupille blanche » visible par l’entourage du patient. La chirurgie est actuellement le seul traitement maintenant bien codifiée, elle est la plupart du temps un geste simple ne nécessitant qu’une hospitalisation brève.

Le cristallin opaque est d’abord détruit puis extrait et enfin remplacé par une prothèse (implant). L’opération dure 1/2 heure, peut être réalisée sous anesthésie locale, le traitement et la surveillance post opératoire durent de un (1) à trois (3) mois. Les complications sont rares, mais nécessitent une surveillance spécialisée.

LE GLAUCOME

Le nom de « glaucome » provient étymologiquement du fait que l’œil apparaît « Glauque » dans les formes évoluées de la maladie. La gène à l’écoulement normal et à la circulation des liquides intraoculaires et la montée à l’intérieur de l’œil aboutissent à une altération de la vision surtout constituée par le rétrécissement du champ visuel : le champ visuel est la surface totale de vision correcte pour chaque œil. Il existe de nombreuses sortes de glaucomes :

1 – Le glaucome chronique;

2 – Des glaucomes aigues;

3 – Des glaucomes à angle ouvert;

4 – Des glaucomes à angle fermé;

5 – Des glaucomes congénitaux et plus rarement secondaires ou des glaucomes malins

En pratique la classification des glaucomes utilise la notion d’angle ouvert ou angle fermé. Pour les glaucomes à angle ouvert, il existe de nombreux facteurs de risque de survenue de glaucome comme l’âge, la race, la myopie des antécédents familiaux, certaines suites opératoires de l’œil ainsi que les traumatismes mais également l’utilisation de médicaments. Pour ceux à angle fermé, les facteurs de risque sont le sexe féminin ou l’utilisation des médicaments qui ont la propriété de dilater la pupille mais également le stress et d’obscurité.

Comme le glaucome ne fait baisser que très tardivement l’acuité visuelle, son dépistage est rendue difficile et il se traduit souvent par la simple diminution progressive mais peu sensible par le patient de son champ visuel aboutissant à l’extrême à ce que nous appelons une décision tubulaire.

Le seul moyen de diagnostic précoce consiste donc en la masure de la pression intraoculaire que seul un ophtalmologue peut réaliser à l’aide d’un tonomètre. Il est possible toutefois que la mesure systématique du champ visuel lors des examens de médecine du travail, en particulier chez les conducteurs d’engins permettent de détecter un rétrécissement du champ et d’adresser au spécialiste les gens pour lesquels un doute apparaît.

Les glaucomes aigus, de diagnostic assez facile car l’œil est rouge, douloureux, sont de traitement assez facile et s’ils sont traités à temps ne laissent pas de séquelles. Il fait appel au traitement médicamenteux et au Laser. Le traitement du glaucome chronique fait souvent appel aux collyres et à la chirurgie.

LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

La rétinopathie diabétique est une complication d’un diabète mal équilibré, souvent compliqué d’hypertension, et elle concerne la majorité des diabétiques qu’ils soient insulinodépendants ou pas. Ces lésions rétiniennes ont pour origine des lésions vasculaires en particulier des micros vaisseaux de la rétine.

L’excès de perméabilité de ces vaisseaux crée un œdème de la rétine, surtout dans sa zone la plus « photosensible » la macula, mais la rétinopathie diabétique peut aussi être proliférante et comporte l’existence d’une nouvelle vascularisation anarchique et inadaptée.

Le premier traitement consiste à équilibrer au mieux le diabète et à garder une pression artérielle stable et modérée (l’hypertension est une complication classique du diabète) mais une fois les lésions dépistées, le recours au Laser est possible avec toutefois des résultats variables selon la nature des lésions. Le recours à la chirurgie reste exceptionnel.

HYPERMÉTROPIE, ASTIGMATISME, MYOPIE, PRESBYTIE :

LES TROUBLES DE LA VUE LES PLUS COURANTS ET LEURS TRAITEMENTS

 HYPERMÉTROPIE :

L’œil est trop long ou la courbure de la cornée insuffisante, l’image d’un objet à tendance à se former en arrière de la rétine obligeant un effort accommodatif consistant d’où :

1 – Mauvaise vision de près (le sujet éloigne les objets qu’il regarde)

2 – L’hypermétropie est physiologique chez le bébé (environ 2 dioptries)

Traitement :

A – Verres convergents (convexes)

B – Lentilles précornéennes

ASTIGMATISME :

Un point lumineux ne donne pas une image de point mais une image étalée. Dû le plus souvent à une anomalie du dioptre cornéen, non parfaitement sphérique. Entraîne une diminution de l’acuité visuelle surtout de loin. Association fréquente avec une autre amétropie (myopie ou hypermétropie)

Traitement :

A – Verre cylindrique

B – Lentille cornéenne

MYOPIE

L’œil est trop court ou augmentation de la courbure de la cornée, l’image d’un objet se forme en avant de la rétine donnant une image floue. D’où bonne vision de près et mauvaise vision de loin. La myopie simple se révèle entre 7 et 14 ans, la myopie familiale (œil anormalement long) avant 7 ans. L’enfant plisse les paupières pour voir au loin. Risque d’amblyopie pour une myopie unilatérale non corrigée. Les myopies graves exposent un risque accru de dégénérescence rétinienne et de décollement de rétine.

Traitement :

A – Verres divergents (concaves)

B – Lentilles précornéennes

TRAITEMENT CHIRURGICAUX

PRESBYTIE : C’est une perte des capacités de convergence du cristallin par diminution progressive de son élasticité. Apparaît vers 4245 ans, la vision est floue pour les objets proches (lecture). Elle progresse jusqu’à 70 ans, puis se stabilise à cet âge.

Traitement :

A – Verres convergents utilisés pour la vision de près seulement;

B – Verres à double foyer pour la vision de près et de loin;

C – Verres progressifs avec vision de loin en haut et vision de près en bas;

D – Verres pour la vision de près à un œil, et pour la vision de loin à l’autre

E – Lentilles cornéennes bifocales

OPHT-Glaucome

 Thiesinfo.com Santé

1 Comment

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…