ROYAUME-UNI : Le Jyllands Posten refuse de publier des caricatures de Charlie Hebdo

ROYAUME-UNI : Le Jyllands Posten refuse de publier des caricatures de Charlie Hebdo

[template id= »821″]

Une photo montrant le dessinateur Charb, qui présente une couverture de Charlie Hebdo, floutée par le NY Daily News. Le Jyllands Posten, quotidien danois à l’origine des caricatures de Mahomet, n’a pas repris les dessins de Charlie Hebdo. Une décision qui fait débat au Danemark, alors que l’hebdomadaire français n’avait pas hésité à reproduire, en 2005, celles qui avaient provoqué les menaces à l’encontre du journal danois. Certains médias anglo-saxons sont aussi embarrassés par la question.

Après 10 ans de lutte pour la liberté d’expression, le Jyllands Posten a cédé aux menaces terroristes. C’est en tout cas ce que croit Inger Støjberg, du parti libéral Venstre. « Depuis la crise des caricatures, ce journal était pour moi une icône de la liberté d’expression », affirme cette dernière, « mais je crains qu’il n’ait renoncé face à l’énorme pression dont il fait l’objet depuis de nombreuses années. » Søren Pind, un autre membre de Venstre, a quant à lui témoigné son soutien au Jyllands Posten sur son compte Twitter. « Ce ne sont pas toujours les mêmes qui doivent se trouver en premières lignes. Je comprends la décision de Jørn Mikkelsen. Et les autres devraient en faire autant ! », écrit-il.

Ces réactions font suite à une vidéo postée sur le site du quotidien, où le rédacteur en chef Joeren Mikkelsen explique les raisons de sa décision. « La vérité est que la liberté d’expression est menacée comme jamais auparavant, se justifie ainsi Joeren Mikkelsen. La pression pèse sur tous les médias, depuis ces dix dernières années mais surtout, sur nous, auJyllands Posten. Nous devons prendre en compte la sécurité de nos employés. Les règles ne sont malheureusement pas tout à fait les mêmes que pour les autres. » Le rédacteur en chef refuse d’employer le terme « autocensure » et préfère parler de « prévoyance ». Il se réserve le droit de publier toutes sortes de dessins à un moment donné mais précise que le moment n’est pas encore venu.

Rappelons qu’au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, certains médias, comme le quotidien anglais The Telegraph, l’agence Associated Press ou le New York Times ont également refusé de publier des caricatures de Charlie Hebdo en l’état, en recadrant des photos ou en les floutant. À l’instar du NY Daily News ou de la chaîne CNN, qui a néanmoins invité ses journalistes à « les décrire en détail, pour comprendre […] la tension entre la liberté d’expression et le respect de la religion. » Pour d’autres journalistes anglo-saxons, comme Eric Wemple, duWashington Post, cette stratégie est une erreur.

 

Source : RFI

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…