septembre 23, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

Rubrique, Ma Conviction: « Signez -Je ne signe pas. -Signez – Je ne signe pas Et clack !

Rubrique, Ma Conviction: « Signez -Je ne signe pas. -Signez – Je ne signe pas Et clack !

La porte se ferme violemment entre le président Sall et son ministre Thierno Alassane Sall ». Voilà schématisé ce qui a dû se passer le mardi 2 mai 2017. Et dans la journée, les choses s’accélèrent …..Le gouvernement sort un communiqué pour annoncer que Thierno Alassane Sall qui était jusque-là le ministre de l’Energie et du Développement des Energies renouvelables est limogé et que le Premier ministre Mouhamed Boune Abdallah Dionne le remplace cumulativement avec ses fonctions.
Sall contre Sall

Mais la question que se posent beaucoup d’observateurs et qui préoccupe aussi le sénégalais lamda est celle-ci : Thierno Alassane Sall a-t-il été limogé, pour la deuxième fois après 2014 ou a-t-il démissionné cette fois? Mystère et boule de gomme depuis ce face-à-face électrique entre Sall, président de la République du Sénégal et Sall, un de ses collaborateurs à qui il avait confié le secteur de l’Energie. Seuls les deux hommes peuvent éclairer l’opinion, à condition bien sûr qu’ils acceptent de parler et sans détours. Les Sénégalais ont besoin de savoir et doivent savoir ce qui s’est réellement passé sur ce dossier qui a coûté son poste à M. Sall et qui est relatif aux ressources nationales.

En attendant que ce duel de choc qui a secoué qu’on le veuille ou non un pan du Palais de la République livre tous ses secrets, les supputations et autres commentaires vont train. Beaucoup parmi les commentaires ont vite fait de féliciter le désormais ancien ministre pour son patriotisme ; d’autres parlent de sa dignité et de son franc-parler là où d’autres encore applaudissent son tempérament de quelqu’un qui ne se laisse pas faire.

Depuis lors, TAS, pour abréger son nom, ne s’assoit plus dans le fauteuil qui lui était réservé au Conseil des ministres. Aux dernières nouvelles, il aurait même rendu son véhicule et son logement de fonction avant la passation de service.
Vous avez dit coordonnateur ?

Ça, c’est au niveau de l’Etat et du gouvernement. Cet incident au sein de l’attelage gouvernemental a surpris plus d’un partisan de l’ancien ministre. Et très vite, la surprise s’est accompagnée d’une frustration qui a pris départ à sa base politique de Thiès. Certains de ses partisans ont pour ainsi dire investi les médias qui pour encourager le camarade et responsable, qui pour dénoncer ce qu’ils jugent être des pratiques illicites, qui pour regretter ce malentendu entre le président de la République et son camarade de la première heure puisque TAS a toujours montré qu’il est un militant convaincu de l’Alliance pour la République (Apr) qui a toujours défendu son président et sa politique. En retour, il est le coordonnateur de la Convergence des cadres de leur parti. Un poste à la fois stratégique et prestigieux. En outre, Macky Sall l’a promu, il y a tout juste quelques mois, comme coordonnateur communal de l’Apr à Thiès. Vu ces deux casquettes en plus de celui de ministre, la place importante qu’il occupe dans le parti présidentiel ne souffre d’aucune contestation. La preuve, c’est la sortie du député Apr Abdou Mbow de Thiès qui a demandé à son camarade TAS de poursuivre le travail qu’il a commencé sur le terrain. Mais, presque au même moment, on a entendu un son de cloche discordant qui sonne du côté des partisans de Siré Dia, lui aussi responsable Apr à Thiès et directeur général de La Poste. Ils veulent ni plus ni moins que leur mentor remplace l’ancien ministre Sall à la coordination communale de leur parti dans la cité du rail et cela, ils l’ont fait savoir sur fond de violence au cours d’une rencontre organisée sur place, donc en dehors de toute forme républicaine. Une simple missive adressée au président de leur parti, Macky Sall en l’occurrence, aurait suffi. Seulement avec certains politiciens (leaders comme militants), les biceps prennent trop souvent le dessus sur les idées. Conséquence, la sérénité est détrônée pour laisser la place à l’agitation et au vacarme qui peuvent être sources de conflits inutiles. Inutiles surtout quand on sait que se profilent les élections législatives pour lesquelles tout parti ou coalition de partis devrait se préoccuper plus de faire de l’addition et non de la soustraction. Autrement dit, massifier et engranger des militants et non créer des mécontents qui peuvent faire un vote sanction.

En tout état de cause, si on regarde froidement la situation de l’Apr à Thiès avec la sortie de TAS du gouvernement, on peut bien se poser quelques questions. D’abord, est-ce qu’il peut continuer à coordonner le parti au niveau communal ? Si oui, est-ce qu’il ne va pas perdre un peu de sa légitimité dès lors qu’il n’est plus ministre et quand on sait les moyens qu’un ministre peut décrocher et l’envergure sociale qui va avec ? S’il devient un simple militant, M. Sall ne risquerait-il pas d’être affaibli et vulnérable et alors ne pourrait-il pas à tout moment faire l’objet d’attaques de toutes sortes de la part même de ses camarades de parti qui ne sont pas de sa tendance. Car nul ne l’ignore, l’Apr a un chef mais avec beaucoup de hauts gradés qui n’observent pas souvent et tous la discipline de parti. Et même les petits soldats sortent des rangs quand bon leur semble pour régler à leur manière des conflits internes.

Une autre question : Est-ce que Thierno Alassane Sall n’a pas lui-même tourné la page Apr et Macky Sall, comme le répétait ce dernier à l’endroit du Parti démocratique sénégalais (Pds) et de son secrétaire général Me Abdoulaye Wade ? Lui qui a brûlé son fauteuil de ministre, est-ce qu’il va s’agripper à celui de coordonnateur communal ou même à celui de coordonnateur de la Convergence des cadres de l’Apr ? Rien ne le laisse entrevoir, du moins pour le moment.
TAS, Apr et Bby, quel est avenir ?

Une autre question se pose aussi : est-ce que le président Macky Sall ne lui a pas retiré sa confiance en tout, lui qui a osé le défier ? Auquel cas, on pourrait croire et à juste raison que le divorce est consommé entre les « frères » Sall.

Et puis TAS, malgré tous les galons qu’il a pris à côté du président Sall, est-ce qu’il a bien joué son rôle de coordonnateur communal de l’Apr à Thiès ? Beaucoup de militants de l’Alliance pour la République à Thiès répondent par la négative. Les partisans de Siré Dia ont déjà montré leur empressement à le voir libérer le titre de coordonnateur communal au profit de leur responsable. C’est un secret de Polichinelle, il a été souvent reproché à l’enfant de Diakay toucouleur son manque de leadership, sa difficulté à mobiliser les militants pour mener à bien son travail de coordonnateur. Est-ce vrai ? En tout cas, les rencontres organisées au sommet entre responsables n’ont pas donné les résultats escomptés. A côté de Siré Dia, est-ce qu’il n’y a pas d’autres prétendants qui gardent le silence et qui attendent le bon moment pour sauter sur les proies qui pourraient être lâchées par TAS ? Gardons patience, nous en saurons quelque chose dans un proche avenir. Et nous saurons la direction du vent pour l’ancien ministre Thierno Alassane Sall si toutefois les nombreuses zones d’ombre nées de sa sortie du gouvernement veuillent bien s’éclairer un jour.

Alioune Sow, le maire « rewmiste » de Thiès-ouest a indiqué récemment que son parti est preneur si jamais Thierno Alassane Sall devait quitter l’Apr. Le parti Rewmi d’Idrissa Seck ouvre ainsi ses portes à TAS et à ses partisans ; ce qui serait un coup très dur pour l’Apr et Benno Bokk Yaakaar. Une coalition qui a déjà perdu Seydi Djamil et son Bës du Niakk, Hélène Tine et son mouvement Mset et Jean Paul Dias et son Bloc des centristes gaïndé. Et peut-être que ce n’est pas fini. Qui sait ? Le moins que l’on puisse dire est que l’opposition est en train de s’organiser pour ratisser large. Sa dernière trouvaille est la nouvelle coalition dénommée « Mankoo Taxawu Sénégal » qui regroupe pour le moment une dizaine de partis et pas les moindres, décidés à faire bloc pour contrer Benno Bokk Yaakaar.
La coalition des partis qui soutiennent le président Macky Sall pourrait de son côté, elle aussi, enregistrer de nouvelles adhésions. Pourquoi pas ?
Autant le craindre tout de suite, si la bataille de Thiès peut ne pas avoir lieu, la bataille à Thiès aura bien lieu et pourrait être passionnante lors des législatives du 30 juillet prochain.

Ma conviction par Tabara

appli

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage