BBY THIES

Saer Mangane Adjoint au Maire de la Commune de Thiès: « Talla Sylla doit démissionner officiellement du Rewmi …il recrute pour le compte de son mouvement dans notre parti »

Saer Mangane Adjoint au Maire de la Commune de Thiès: « Talla Sylla doit démissionner officiellement du Rewmi …il recrute pour le compte de son mouvement dans notre parti »

Saer Mangane jeune adjoint au maire de la ville Thiès, revient sur la sortie de Talla Sylla, le leadership incontestable de Idrissa Seck au sein nouveau front Mankoo Wattu Sénégal…

-Ces temps-ci des gens se lèvent pour décrier la gestion du parti. Y a-t-il une crise au sein de Rewmi ?
D’emblée je vous dis pour lever toutes équivoques qu’il n’y aucune velléité de discordance au sein du parti Rewmi. Mais il faut reconnaître que depuis un certain temps une franche de la jeunesse de Rewmi manifeste son opinion qui s’articulent autour de ces notions suivantes : centrisme, léthargie, redynamisation, représentativité de la jeunesse de Rewmiste. Force est de reconnaître que ces jeunes ont fini par accrocher l’adhésion d’autres adultes membres du parti. Certains leur rétorquent d’exposer au grand jour ce qui devrait être discuté en interne. Ils doivent aussi vérifier si les dispositifs de dialogues internes sont fonctionnels .Mais un dialogue direct et sincère entre jeunes peut remettre facilement les pendules à l’heure. Le frère Thierno Boccoum l’avait initié avec les jeunes de Thies et cela avait bien porté des fruits.

Certains disent que ces attaques sont dirigées contre Thierno Boccoum…
Je suis obligé de vous interrompre. les bruits de bottes de ses soldats du parti ne pourraient pas être dirigés contre l’honorable député .Nous sommes en démocratie. Et au sein du parti Rewmi lieu par essence de l’expression démocratique ; il n’est en rien surprenant de voir des militants et ou responsables dire avec discipline leurs opinions en toute liberté. Contrairement à un parti comme l’Apr où pour régler les divergences d’opinions l’argument de la force prime sur la force de l’argument. Le dernier exemple nous vient de Thiès. Donc je demeure convaincu connaissant bien ces jeunes qui ont soulevé ce débat connaissant bien les relations amicales, fraternelles qui les lient à l’honorable député Thierno Boccoum ça m’étonnerait qu’ils visent sa personne. D’autant plus qu’ils savent nettement que le frère Boccoum ne s’accroche pas à sa chaise. Il l’a démontré à suffisance, puisque ce sont ces mêmes jeunes qui l’avaient retenus à son poste malgré la limite d’âge et son élection en tant que député, de peur d’un vide que son départ pourrait créer à la tête de la structure des jeunes. Vous conviendrez avec moi quand je vous dis que les fonctions de chargé de communication et porte-parole obligent l’honorable député Bocoum d’être sur tous les fronts. En plus il doit assumer ses rôles de parlementaire et de patron de la jeunesse de Rewmi. En effet il est aisé de comprendre qu’il ne puisse pas être dans les profondeurs du Sénégal pour organiser la jeunesse du parti comme l’entendent certains. Il faut souligner aussi que faire de la politique nécessite des moyens et que nous sommes dans l’opposition. Par conséquent l’intérêt de ce débat est ailleurs.

-Vous insinuez que le Rewmi connait des dysfonctionnements ?
J’insinue rien j’affirme dans mon intime conviction que comme toutes organisations humaines le Rewmi a de place à prendre dans le champ politique sénégalais. Et c’est heureux de savoir que le Rewmi a le leader politique qui symbolise l’espoir aux yeux des Sénégal. Qui par ses sorties et ses positions ne cesse de placer le rewmi sur orbite et incarne la véritable opposition au Sénégal. Et aussi le Rewmi est l’un des parti les plus pourvus en ressources humaines de qualité, d’où l’urgence de les exploiter de manière efficiente. Dans le cadre de mes activités politiques à l’intérieur du pays partout où je vais, ils sont légions. Permettez-moi de souhaiter la bienvenue à Serigne Babacar Mbacke Moukaro (Chefs religieux) qui éprouve une réelle sympathie envers le frère Président Idrissa Seck, dont il a fini par épouser les idéaux politiques. Mais malheureusement à chaque fois il leur manquent une instance d’ancrage au niveau local pour traduire cette affection en militantisme au profit du parti. Certains font souvent des centaines de km de route pour venir le voir Président Idrissa Seck à Dakar afin de matérialiser leurs adhésions et appartenance au Rewmi, alors qu’une simple adhésion au niveau des instances locales aurait suffi. A cela s’ajoute une léthargie inexplicable de certaines instances du parti. Certaines figures de proue du parti sont l’arbre qui cache la forêt de la scène politique. Mais si on n’y prend pas garde le rewmi risque de devenir un géant au pied d’argile. Puisque seul Thiès commune en terme organisationnel fait l’exception. On ne note nulle part ailleurs une réelle structuration.

-Qu’est-ce qu’il faut pour remettre vôtre parti sur de bons rails ?
Le Rewmi est sur de bons rails. Il convient de réfléchir pour que l’équipage puisse atteindre sa vitesse de croisière pour arriver à temps. Pour cela il faut une meilleure articulation des rôles du sommet vers la base. Et un management fondé sur un leadership partagé ; de telle sorte même un militant lambda où il puisse se trouver sente un certain degré d’implication dans le fonctionnement du parti. Nos militants éparpillés partout au Sénégal se sentent seuls, coupés du sommet et sans organisation à la base. Et l’Apr usant de sa force financière profite de cette situation pour nous prendre des militants. Il faut que le militant de Moloump de Missarah de Dodji ou Mbolo Birane s’approprie les valeurs de rewmi. Et cela passe nécessairement par la continuation du processus de la vente des cartes qui avait suscité beaucoup d’engouement. Et procéder également à l’installation des instances de base. Même si serait simplement au niveau de chaque commune. Je suggère avec respect au frère Président Idrissa Seck de continuer sa tournée nationale dont l’impact avait fini d’installer la psychose chez nos « amis » de l’Apr. Et de veiller par la même occasion au processus du suivi et surtout à l’intégration des nouveaux adhérents.

-Avec le temps vous trouvez toujours pertinent votre boycotte des élections du haut conseil des collectivités territoriales ?
C’est une redondance de dire que c’est une simple question de bon sens etn logique. Nous nous sommes rangés du bon côté de l’histoire. -Et si le Président de la République vous accordait un quota ? (Rires…) Ce serait une aberration. Nous appartenons à un parti logique dans sa démarche. A sa tête un homme politique très cohérent qui va toujours jusqu’au bout de sa logique. Donc la réponse coule source…

-Vos appréciations sur le nouveau front créé par l’opposition ?
Nous encourageons le président Idrissa Seck ainsi que les autres leaders de ce front à consolider leurs ententes et à réaliser la chance que constitue ce pôle de l’opposition pour le Sénégal. L’heure est au grand ensemble. Et surtout il ne faudrait pas se laisser divertir par les manœuvres de Macky qui a tendance avec son clan à réveiller les vieux différends pour freiner leur élan. C’est pourquoi je suis désagréablement surpris et abasourdi quand j’entends les appels aux retrouvailles libérales venant de Macky Sall. Il est loin d’être un libéral. Car nul n’ignore que le premier parti auquel à adhérer Macky est un parti d’obédience communiste. Et aujourd’hui il gouverne entouré de socialistes communistes socio-démocrates etc ( Tanor,Niass Dansokho…). Son trajectoire politique avec Wade le libéral n’était rien d’autre que des moyens pour arriver à sa fin politique aujourd’hui le pouvoir. Je dirais dès lors communiste un jour communiste pour toujours.

– Et l’affaire du Pétro Tim qui secoue le débat politique
C’est une affaire très grave à tout point de vue. Mais j’ai peur que ce débat soit un vieux os que Macky offre à l’opposition pour les endormir et pour mieux préparer les prochaines législatives. Concernant toujours cette affaire j’ai l’impression que Aliou Sall profite de la posture de son frère pour amasser le maximum d’argent par tous les moyens et s’en servir pour succéder à son frère. La « jurisprudence » Karim Wade devrait servir de leçon à Aliou Sall. Il se dit sûrement si Macky l’a réussi pourquoi pas moi. Son réveil sera brutal. En plus après Macky il n’aura pas d’appareil politique à sa disposition. Je suis convaincu que l’Apr ne survivra pas à la déchéance de son géniteur.

– On vous a entendu récemment faire des sorties contre le maire Talla Sylla.

Sa récente sortie vient de confirmer tout ce que je disais sur son compte. Avec sa déclaration d’hier il vient d’achever son acte de trahison contre le Président Idrissa Seck, le Rewmi les thiessois et les sénégalais. Puisque le maire Talla Sylla était l’un des rares politiciens toujours à cheval sur certaines valeurs et principes. Ils sont plus que déçus. Tout monde sais que le Talla était en perte de vitesse et vivait au soir de son crépuscule politique. Il ne doit sa résurrection qu’au Président Idrissa Seck. Mais après avoir fait acte d’allégeance au Président Idrissa en achetant le carte du parti symbolisant son adhésion au Rewmi qui sur un plateau d’argent lui offre la mairie de Thiès, il dès son installation tourne sa veste et est entre dans un déni total. D’où une exigence au respect du parallélisme des formes ; puisque l’adhésion est un acte formel, il faut un autre acte contraire. Démissionner au moins officiellement. En usant de sa position de maire il recrute pour le compte de son mouvement dans notre parti. Et jusqu’à présent il ne cesse de manœuvrer pour disloquer totalement le parti de son bienfaiteur le Rewmi à Thiès. En outre s’il dit que c’est Dieu qui l’a élu. C’est Lui le maître du trône. Et il sait que Idrissa n’a pas de leçon à recevoir de lui en matière de foi. Qu’il le veuille ou non c’est le Président Idrissa Seck par sa générosité politique qui lui a confié les rênes de la mairie de la ville de Thiès. C’est ça la vérité.

Senepost

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage