BBY THIES

Situation des musulmans de la Birmanie : Entretien exclusif avec Serigne Assane Guèye Laye, petit-fils de Seydina Limamoulaye

Après avoir présenté ses meilleurs vœux à la Oumah Islamique, le marabout dit réitérer sa disponibilité pour le foyer de son grand-père Seydina Limamoulaye Al Mahdi (Rta). Il a aussi confirmé son engagement à servir la famille de Limamoulaye sous les ordres du Khalife général. Parlez-nous du fond du problème des musulmans de la Birmanie et son histoire ?

Situation des musulmans de la Birmanie : Entretien exclusif avec Serigne Assane Guèye Laye, petit-fils de Seydina Limamoulaye
Negoce

La Birmanie est l’enfer de la haine. Des millions de musulmans se font persécuter dans plusieurs régions de la terre comme c’est le cas à Arakan, territoire occupé par la Birmanie. Une histoire qui témoigne d’une grandeur. Le mot «Rohingya» est dérivé de «Rohang» qui est le nom de l’État d’Arakan dans le passé. Il est maintenant le nom des musulmans citoyens natifs d’Arakan occupé par le Myanmar (Birmanie).

Quelle est sa position géographique ?

La Birmanie est située au Sud-est de l’Asie. Elle partage ses frontières terrestres au Nord avec la Chine et l’Inde et au Sud avec le Laos, l’Inde et le Bangladesh. Sa population est estimée à environ 55 millions (estimation juillet 2013) dont 20% sont musulmans, c’est-à-dire environ 11 millions de musulmans. L’Islam est entré en Birmanie par Arakan, une division administrative de la Birmanie que le régime birman actuel appelle Rakhine et qui accueille la plus forte concentration d’habitants. Sa population s’élève à 5,5 millions d’habitants dont 90% sont musulmans. Deux millions de musulmans vivent en Birmanie pendant que les autres ont émigré en dehors du pays à cause des persécutions perpétrées par le régime birman à leur égard.

Vous êtes un religieux. Parlez-nous de l’entrée de l’Islam en birmanie ?

L’Islam est entré à Arakan au premier siècle de l’Hégire par le biais du compagnon Waqqas ibn Malik. Des historiens estiment que l’Islam est arrivé en Birmanie via Arakan du temps du calife Abbasside Haroun Ar-Rachid au septième siècle (du calendrier chrétien) par le biais des commerçants arabes dont le comportement a suscité l’admiration des Birmans qui se convertirent à l’Islam. Les musulmans travaillèrent au début la terre, puis ils dominèrent le commerce et s’installèrent dans plusieurs régions. Les Rohingyas formèrent un Etat musulman qui sera gouverné par 48 rois musulmans successifs entre 1430 et 1784. Les musulmans Rohingyas frappèrent leur propre monnaie sur laquelle étaient gravés des slogans musulmans tels que la parole d’unicité. Il existe de nombreux vestiges historiques qui prouvent l’ancienneté de l’existence des musulmans dans ce pays, comme (Badr maqam) mosquée (Akyab) la capitale de la (Arakan), (Sendi Khan mosquée) qui a été construit il ya 560 ans, (ad-Diwan Moosa mosquée) qui a été construit en 1258, et (Wali Khan) mosquée qui a été construit au XVe siècle. L’occupation bouddhiste puis britannique Arakan a été occupée par le roi bouddhiste (Budabay) en 1784 qui a ajouté l’Arakan au Myanmar craignant la propagation de l’Islam dans la région. Tout au long de cette occupation, les Birmans bouddhistes persécutèrent les musulmans et pillèrent leurs biens.

En 1824, la Grande-Bretagne occupe le Myanmar et l’annexe administrativement à l’Inde britannique coloniale. En 1937, la Grande-Bretagne a fait du Myanmar avec Arakan une colonie indépendante de l’Inde britannique. Les musulmans ont résisté à la colonisation britannique si fortement que la Grande-Bretagne a fini par les craindre. Elle commença donc à mettre en œuvre sa politique désormais connue de « diviser pour mieux régner ». Elle incita les bouddhistes contre les musulmans et leur fournit les armes. Les bouddhistes commirent un massacre en 1942 tuant environ 100 000 musulmans à Arakan! En 1948, la Grande-Bretagne accorde l’indépendance au Myanmar (Birmanie), à condition qu’il accorde l’indépendance à toutes les autres ethnies, après 10 ans si ces ethnies le souhaitaient. Mais dès que les Birmans obtinrent leur indépendance, ils violèrent leur promesse et poursuivirent l’occupation d’Arakan contre la volonté de ses habitants musulmans Rohingyas perpétrant à leur égard des crimes horribles

Est-ce que vous pouvez revenir sur les massacres des musulmans ?

La situation des musulmans Rohingyas ne changea guère après les élections de novembre 2010 et ce, malgré les déclarations du gouvernement birman de changement de régime, d’un régime militaire pour un régime démocratique. Une réalité sanglante. Au niveau social, les musulmans subissent en Birmanie, en particulier à Arakan, une série de violences ôtant les vies et les biens. Les musulmans sont contraints de donner gratuitement du riz, de la volaille, des chèvres, du bois de chauffage et des matériaux de construction aux militaires et aux organismes juridiques exécutifs. Au niveau de la population, le gouvernement continue d’apporter des modifications sensibles dans la composition de la population dans les régions musulmanes. Dans chaque village ou région, il construit des colonies bouddhistes auxquelles ils donnent les pleins pouvoirs. Les musulmans ne sont pas autorisés à recevoir des invités chez eux, même s’il s’agit de proches parents sauf autorisation préalable. Laisser un invité passer la nuit est formellement interdit et passible de démolition de la maison, d’emprisonnement et d’expulsion du pays.

Alors les reportages nous parlent des enfants musulmans tués et privés de leur droit à l’éducation ?

Il n’y a pas de distinction femmes jeunes, homme, ainsi que les enfants musulmans sont privés d’enseignement supérieur. Quiconque va étudier à l’étranger est supprimé des registres du village et sera emprisonné à son retour. Il n’est pas permis aux musulmans de se déplacer d’un endroit à un autre sans autorisation dont l’obtention est extrêmement difficile. Les élèves musulmans dans les écoles publiques sont contraints de s’incliner devant le drapeau birman. L’expulsion massive est récurrente hors du pays. Environ un million et demi de musulmans ont été expulsés entre 1962 et 1991.

Alors parlez-nous de la promulgation en 1982 d’un nouveau code de la nationalité ?

C’est le nerf du problème, elle a divisé les citoyens de la manière suivante : les citoyens de première zone : les Karen, Shan, Bahi, Chin et Khami. Les citoyens de deuxième zone : un mélange d’ethnies de la première zone. Les citoyens de la troisième zone : les musulmans considérés comme des étrangers qui sont venus à la Birmanie en tant que réfugiés pendant l’occupation britannique, devenus sans identité. Au niveau économique, il y a la confiscation des terres des musulmans et de leurs bateaux de pêche. Imposition de taxes élevées sur toute chose et l’interdiction de la vente des récoltes qu’aux militaires ou à ceux qui les représentent à des prix très bas. Les récoltes des musulmans sont brûlées et leurs bêtes sont tuées. Les musulmans ne sont pas autorisés à travailler dans l’industrie à Arakan. Au niveau religieux, les musulmans sont privés de toute publication musulmane sauf autorisation officielle dont l’obtention est quasi impossible. Interdiction de porter la barbe ou de porter des vêtements islamiques sur leurs lieux de travail. La confiscation des propriétés du legs musulman « waqf » et les cimetières musulmans pour les distribuer à d’autres ou les transformer en toilettes publiques et étables pour les porcs et les troupeaux. Les grands savants musulmans sont humiliés, battus et contraints de travailler dans les camps de concentration. Les haut-parleurs ne sont pas autorisés pour faire adhan, et l’adhan est interdit depuis Ramadan 1403 (1983). Les musulmans ne sont pas autorisés à faire le Hadj, à l’exception de quelques musulmans bien connus par le gouvernement et qui entrent dans les bonnes grâces du gouvernement. Quant à l’immolation des bêtes pour le sacrifice, elle est interdite. Les mosquées sont détruites et transformées en discothèques, bars, logements, auberges, casernes militaires et parcs. Les campagnes d’évangélisation surtout après le cyclone de Nargis en 2008. Les multiples tentatives de la« birmanisation » de la culture musulmane et l’assimilation forcée des musulmans dans la société bouddhiste birmane. L’effacement et l’anéantissement de l’identité musulmane et des vestiges musulmans.

Il y a un âge qui a été fixé pour les mariages musulmans ?

Une situation inhumaine car pour limiter le pourcentage des habitants musulmans, le gouvernement a augmenté l’âge légal du mariage : 25 ans pour les filles et 30 pour les hommes. L’administration d’injection contraceptive aux femmes musulmanes dans plusieurs cas et l’observation obligatoire d’un délai d’un an pour la femme divorcée ou veuve avant de se remarier. Les femmes sont prises de chez elles par force et sont contraintes de travailler gratuitement dans des camps militaires. Les femmes musulmanes sont contraintes de se marier avec des bouddhistes. Les jeunes filles musulmanes célibataires sont contraintes de travailler dans les forces armées pendant 6 mois. Les femmes musulmanes sont humiliées et sont contraintes d’ôter leurs voiles.
Dans ces situation d’oppression, les viols sont fréquents. Est-ce le cas en Birmanie ?
Les femmes musulmanes subissent des viols collectifs. « Ils souffrent depuis des années, on les a torturés, tués simplement parce qu’ils voulaient vivre leur culture et leur foi, l’islam », a dit le pape. Il a ainsi évoqué « des gens bons et pacifiques » qui « souffrent depuis des années », et a appelé à prier spécialement pour ces « frères et sœurs » actuellement chassés de Birmanie.

Les pays musulmans ne réagissent pas par rapport à cette crise ?

La Mecque et Médine sont les symboles vivants de l’Islam et cela sous-entend que c’est l’Arabie saoudite qui devait se lever en premier pour que ce massacre puisse être arrêté mais malheureusement le monde entier a les yeux rivés sur des intérêts économiques de ce monde éphémère. Serigne Assane Gueye Laye petit-fils de Limamoulaye lance un appel aux portes paroles des khalifes généraux du Sénégal de s’organiser pour enfin venir en aide à ces musulmans de l’autre bout du monde.

Le dernier mot Serigne Assane Gueye Laye ?

Le monde islamique doit se lever souder comme un seul bouclier et tendre la main à nos frères musulmans en Birmanie. C’est le lieu de remercier le président de la République et son nouveau gouvernement tout en lui conseillant de travailler pour le Sénégal. C’est l’occasion de remercier le Khalife général des layènes Seydina Chérif Abdoulaye Lahi, le porte parole de la famille du Mahdi, Mamadou Lamine Lahi, les fils et petits-fils du Mahdi, pour le rôle déterminant qu’il jouent au sein de l’Islam. Tout en lui signifiant que nous sommes une famille unie et soudée.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…