SITUATION « DIFFICILE » DU SENEGAL: Le Rdr et l’Ufr proposent la « solution Idy en 2017 »

SITUATION « DIFFICILE » DU SENEGAL: Le Rdr et l’Ufr proposent la « solution Idy en 2017 »
Dans une déclaration commune, le Rassemblement démocratique (Rdr) et l’Union des forces républicaines (Ufr) ,dirigés respectivement par El hadji Malick Badji et Abdou Diouf, proposent la « solution Idy en 2017 », estimant que « le Président et son gouvernement sont incapables de résoudre le problème des Sénégalais ».
Selon ces deux formations politiques seul l’ancien Premier ministre Idrissa Seck est à même « d’abréger la souffrance du peuple sénégalais »
Ainsi, invitent- elles, « solennellement », les Sénégalais ,de tout bord et de tout age, à « rejoindre le Conseil d’administration 2017 (Ca 2017) ».
El hadji Malick Badji et Abdou Diouf sont convaincus que « Macky Sall du dem, affair bi Idy la ».
Le Rdr et l’Ufr considèrent que « les Sénégalais vivent des situations difficiles et l’ont exprimé à travers l’expression partagée par tout le monde: « Deuk bi dafa Macky ».
Sur le plan économique, ces partis soulignent que « le Sénégal vit des situations difficiles, au regard des plaintes et complaintes des Sénégalais, des difficultés de l’Etat à respecter ses engagements vis- à-vis de ses partenaires, et également de la baisse des recettes fiscales ».
Par rapport à la situation énergétique, le Rdr et l’Ufr relèvent qu’elle est toujours difficile, « du fait des choix erronés du régime qui a essayé de remettre en cause l’existant, sans réellement y parvenir ». « Aujourd’hui les sénégalais vivent des situations très difficiles, du fait des délestages qui empêchent le bon fonctionnement des entreprises ,surtout les petites et moyennes entreprises. Sans compter le mauvais approvisionnement en eau ».
Au plan social, les deux partis précités estiment que le « Sénégal vit également une situation difficile »
 Ils en veulent pour preuves: « la situation à l’université et les problèmes notés dans le démarrage de l’année scolaire. La mort de deux jumeaux par défaut de prise en charge et d’assistance par les hôpitaux de Dakar. La protection sociale est gérée avec beaucoup plus de bruits que de réalisations concrètes pour les populations. La couverture maladie n’a aucun cadre juridique et n’est que la continuité des actions de l’ancien régime, à savoir le développement des mutuelles, le renforcement des Ipm et la poursuite des gratuités. Rien de nouveau. Tout ceci est fait sur fonds d’ingratitude ».
source Direct Info
Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…