BBY THIES

THIES : CODE DE LA FAMILLE Les organisations des droits humains et leurs partenaires planchent sur le contenu

THIES : CODE DE LA FAMILLE Les organisations des droits humains et leurs partenaires planchent sur le contenu

En conclave à la résidence Lat-Dior ce mercredi 25 janvier 2017, l’Organisation du Groupe d’Initiatives pour le Progrès Social (GIPS/WAR) a organisé une journée d’études sur le Code de la famille. Cette rencontre a réuni les organisateurs et l’ensemble des délégations régionales. L’objectif était de préparer leur participation aux prochaines rencontres mondiales sur le Code de la famille.

La coordonatrice de Gips/War Sénégal, Mme Julie Cissé en collaboration avec les différentes ONG (Imams, religieux, juristes Sénégalaises, Collectif pour la défense de la famille, Réseau Siggil Jiiguenn -Radi-, commissions de l’Equité et l’Egalité de Genre des collectivités locales de Thiès ainsi que le forum Civil), a souligné que les différents ateliers ont permis de faire des études approfondies sur le cas du Sénégal, concernant le Code de la famille. Selon elle, les travaux épousent parfaitement le cadre du réseau international (WLP). « Le Women’s Learning Partnership (WLP) qui est une organisation non gouvernementale internationale à but non lucratif qui, dans son programme de plaidoyer de droit de la famille, a initié différentes études dans 11 pays dont le Sénégal ». A l’en croire, ces études consistent à faire savoir le contenu du Code de la famille. « La rencontre d’aujourd’hui permet donc aux différentes organisations de partager des informations pour approfondir les connaissances en la matière et de poser un débat sur certains points d’achoppement entre les religieux et les autres organisations ».
Par ailleurs, ajoute-t-elle, au Sénégal, huit sur dix femmes méconnaissent le Code de la famille « alors que notre pays dispose d’un arsenal juridique très solide en ce sens, pour mener à bien le travail qui permet de renforcer les acquis et également de les consolider. C’est le lieu pour nous de remercier toutes les organisations qui œuvrent dans une parfaite synergie pour déterminer le travail qui attend toutes les organisations de droits humains ». Mme Julie Cissé a aussi souligné qu’au sortir de leur atelier, il sera confectionné un document qui sera validé par les participants. Sur le leadership féminin, elle salue la présence de la directrice de la radio Best/FM, ainsi que des organes de presse (public et privé). « Ce qui prouve que les femmes de notre pays s’affirment dans tous les secteurs de développement. Maintenant, il nous reste à creuser dans tous les domaines pour sensibiliser les pouvoirs publics et les décideurs de ce monde.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage