BBY THIES

THIÈS : L’ÉTAT DE LA GOUVERNANCE PASSÉ AU PEIGNE FIN

THIÈS : L’ÉTAT DE LA GOUVERNANCE PASSÉ AU PEIGNE FIN
Thiès, 17 sept (APS) – Des élus locaux, leaders d’opinion, acteurs de la société civile, citoyens, autorités administratives et coutumières de la région de Thiès ont pris part jeudi à la consultation citoyenne sur l’état de la gouvernance au Sénégal, initiée par la Commission nationale de la gouvernance,, a constaté l’APS.
Selon Samba Diop, modérateur des débats et conseiller spécial du Premier ministre, cette consultation citoyenne est initiée par le ministère de l’Intégration africaine du NEPAD et de la Promotion de la bonne gouvernance, afin de recueillir les avis, les critiques et suggestions des citoyens et parfaire cette gouvernance et l’état de droit au Sénégal.
M. Diop a relevé que les participants ont largement donné des contributions et critiques sur les services rendus par l’administration, sur l’état de droit au Sénégal, les consultations électorales, le fonctionnement des pouvoir exécutif, législatif et judiciaire.
Il a souligné que l’objectif final est de produire un rapport national sur toutes ces consultations citoyennes menées au niveau des différentes régions du Sénégal et de soumettre des recommandations aux chefs d’Etat de la CEDEAO, pour corriger l’esprit et améliorer la gouvernance au Sénégal et en Afrique.
Les citoyens, durant les débats, ont apprécié les modes de l’organisation des élections au Sénégal, où l’on a noté deux alternances démocratiques. Par ailleurs, ils souhaitent que l’instance chargée d’organiser ces élections soit plus neutre, vis-à-vis des partis politiques en lice.
Les participants se sont également prononcés pour la démission du président de la République, de son parti, en tant que secrétaire général, une fois élu par les Sénégalais.

Selon certains membres de la société civile, le parlement sénégalais tel qu’il fonctionne, ’’ne prend nullement en compte l’intérêt des populations à la base’’.

Ils affirment que, souvent, certains députés, une fois élus, ’’ne se préoccupent plus de la base, ni des citoyens qu’ils sont sensés représenter à l’Assemblée nationale’’.

Pour le fonctionnement, du pouvoir judiciaires, les citoyens dénoncent ’’les nombreuses irrégularités, les erreurs judiciaires, ainsi que les méthodes de justice sélective’’.

source : aps.sn

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage