septembre 25, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com
BBY THIES

Un EX-JOURNALISTE de Reuters en PRISON pour avoir aidé des HACHERS

Un EX-JOURNALISTE de Reuters en PRISON pour avoir aidé des HACHERS

Matthew Keys a été reconnu coupable de complicité avec les hackers d’Anonymous pour pirater le site du Los Angeles Times. Il a été condamné  à deux (2) ans de détention dans une prison fédérale. En 2013, Matthew Keys a été accusé dans le cadre d’une enquête pénale sur le piratage par les hackers d’Anonymous du système informatique du groupe médiatique Tribune Co, propriétaire du Los Angeles Times, du Chicago Tribune, du Baltimore Sun et d’autres médias.  Selon le parquet, M.Keys a fourni aux hackers le mode de connexion au système informatique. Il a mis cette information en ligne et a demandé aux pirates d’attaquer son ancien employeur.

Au moment de l’ouverture de l’enquête, Matthew Keys travaillait pour l’agence Reuters, qui l’a aussitôt renvoyé. La justice américaine estime que son motif était la vengeance pour le licenciement. Matthew Keys a travaillé pour une station de télévision d’où il a été congédié deux (2) mois avant le piratage en décembre 2010. La défense a affirmé que le piratage était une blague innocente qui n’a pas causé de grave préjudice. Cependant, le procureur a répliqué que le personnel du groupe a mis 333 heures pour résoudre le problème, qui a coûté à la société 18.000 dollars (16.000 euros).

LE PENTAGONE RECRUTE DES HACHERS POUR ASSURER LA SÉCURITÉ DE SES SITES

Le ministère américain de la Défense propose à des pirates de hacker certains de ses sites afin d’identifier leurs points faibles. Le 1er mars, le secrétaire américain à la Défense a présenté un projet innovateur à San Francisco, dans le cadre du « Commonwealth Club », le plus ancien forum d’affaires public de la nation. Ashton Carter a l’intention de faire participer des pirates informatiques « aguerris » à une opération de consolidation de la sécurité des sites publiques électroniques du Pentagone.

La participation « d’experts indépendants » fait partie d’un projet pilote qui pour la première fois implique « un appui extérieur ». Les « volontaires » devront pirater certains sites électroniques du Pentagone afin d’identifier leurs points faibles. Ainsi, le ministère vise à éliminer les lacunes du système de sécurité électronique.

Selon le ministre, ces mesures cherchent à protéger les intérêts des Etats-Unis dans l’espace cybernétique et visent également à assurer un accès sûr et ouvert sur Internet « afin de faire en sorte que les entreprises puissent continuer à innover, et que les internautes puissent communiquer sans aucun danger ». « Je suis persuadé que cette innovation permettra de renforcer notre défense informatique et, par conséquent, la sécurité nationale en général », évoque le chef du Pentagone Ashton Carter. Le ministère a déjà recruté des concepteurs de Microsoft, Google, Palantir et Shopify afin d’y travailler à temps partiel.

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

thies massage