août 18, 2017

Contact: 775312579 Email: redaction@thiesinfo.com

Un haut magistrat VIRÉ … pour avoir tenté de VOLER 20 euros à un COLLÈGUE

Un avocat général près la cour d’appel de Nîmes était entré, en juillet 2015, dans le bureau d’un substitut du procureur pour lui chaparder un petit billet.  C’est une décision qui fait désordre dans le petit monde judiciaire. Didier D., ancien avocat général près la cour d’appel de Nîmes, a été radié mardi des cadres de la magistrature. L’histoire avait été évoquée l’été dernier par le quotidien régional Midi Libre. Le 28 juillet 2015, Didier D. est aperçu seul dans le bureau d’un collègue, ce dernier étant retenu par une audience. Lorsque le collègue revient, il s’aperçoit que son bureau a été fouillé et que son portefeuille n’est pas à la place où il l’avait mis.

Les soupçons se dirigent immédiatement vers l’avocat général, qui avait déjà fait l’objet d’une note de service en 2012, lui ordonnant d’arrêter de s’enfermer dans les bureaux de ses collèges en leur absence. Interrogé lors de deux enquêtes, judiciaire et administrative, Didier D. commence par nier et rejette la faute sur la fonctionnaire qui l’avait pris sur le fait. Affirmant, avec toupet, qu’il n’était pas le seul à avoir pénétré dans le bureau… Grande classe pour un magistrat !

« SENTIMENT DE HONTE »

Didier D. va finalement reconnaître la tentative de vol. Affirmant, selon la décision du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) rendue le 7 juin 2016 et que Le Point.fr a pu consulter, qu’il avait voulu prendre le billet de 20 euros pour se payer à déjeuner, avant de renoncer au dernier moment, jugeant la somme trop importante. Il confiera avoir été accablé par un « sentiment de honte » et avoir agi ainsi à cause de « problèmes d’argent ». Le CSM, lui, a considéré que Didier D. avait arrêté ses agissements au dernier moment, interrompu malgré lui par les allées et venues des fonctionnaires du palais de justice.

Le CSM s’est finalement prononcé pour une mise à la retraite d’office du magistrat. Son avis a été suivi par la chancellerie. Didier D. s’est rendu coupable de faits « contraires à l’honneur et à la dignité » qui constituent un « manquement au devoir de probité, doublé d’un manquement au devoir de délicatesse à l’égard du magistrat victime de ses agissements », note le CSM. Circonstance aggravante : au moment des faits, Didier. D assurait l’intérim du procureur général de la cour d’appel de Nîmes, parti en vacances, soit le grade le plus élevé dans la hiérarchie. Ce qui lui vaut également une sanction pour « manquement au devoir de loyauté ».

Pour cette atteinte « grave au crédit, à l’autorité et à la considération qui doivent être attachés aux fonctions de magistrat », Didier D. a été mis d’office à la retraite. Par un décret présidentiel du 23 août 2016, publié jeudi au Journal officiel, il a été radié des cadres de la magistrature.

Source : Le Point

thiesinfohalf

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

appli

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…