(Vidéo) Accident à Tivaouane: Un coxeur et un policier pointés du doigt

(Vidéo) Accident à Tivaouane: Un coxeur et un policier pointés du doigt

L’accident d’une gravité sans précédent qui a eu lieu ce matin du jeudi 2 mars 2017 sur la route de Tivaouane et qui s’est soldé par deux pertes en vie humaine, continue de défrayer la chronique. En effet, c’est un taxi qui était poursuivi pour, dit-on, maraudage qui a percuté un arbre. Si ces raisons restent encore non élucidées, votre site préféré ThièsInfo s’est rendu sur les lieux du drame, pour recueillir de plus amples informations, de certains témoins du drame.

Sur les lieux, Cheikh Diop est chauffeur très prompt à répondre aux questions de notre reporter : « Je m’appelle Cheikh Diop et suis chauffeur de profession. Ce qui est arrivé à mon ami est malheureux et regrettable. Hier seulement, nous étions ensemble ». Très remonté, il ajoute qu’après s’être informé, il lui a été dit que « c’était un policier qui le pourchassait. D’ailleurs l’homme de tenue est aidé par les coxeurs du garage qui lui demandent de poursuivre tel véhicule ou tel automobile ». Cheikh Diop reste inconsolable. « Vous voyez cela ? Et où allons-nous, du moment que celui chargé de nous protéger nous amène droit à la mort ? le véhicule de mon ami a percuté un arbre causant la mort de trois personnes, c’est vraiment désolant de la part d’un membre des forces de l’ordre ! », ajoute-t-il, la mort dans l’âme. Selon lui, c’est ce calvaire avec les policiers de Tivaouane et même Thiès, qu’ils vivent. « Je crois très sincèrement qu’il fallait, en lieu et place, noter le numéro d’immatriculation du véhicule et l’attendre à son retour.

D’ailleurs, le policier était hors des limites de sa commune. Alors, pourquoi cet acharnement ? A la limite, il aurait pu avertir ses collègues de Thiès pour qu’ils interceptent le chauffeur poursuivi dès son entrée dans la cité du rail». Par ailleurs, Cheikh Diop qui souligne que le chauffeur est dans le coma, demande à ce que le policier soit sanctionné. S’agissant du maraudage tant décrié, Cheikh ne se fait pas prier pour rétorquer : « Nous sommes des jeunes sans emploi et tous nos revenus proviennent de nos véhicules dits Clandos, mais qui sont conformes au règlement, contrairement à certains véhicules « 7 Places » qui n’ont même pas de visite technique fiable. Rien que pour cela, on doit pouvoir nous tolérer ». Selon lui, le coxeur qui est à la base de ce choc mortel « n’est autre qu’un nommé Baye Fallou très méchant, quant au policier, il s’appelle Lamine Kâne qui a une 406 de couleur bleu ». Cheikh Diop dit saisir cette opportunité pour interpeller « le président Macky Sall, pour qu’il nous aide »

Negoce

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…