BBY THIES

Visite à la maison d’arrêt pour femme de Liberté 6 : Sidiki Kaba pour la fin des longues détentions préventives

Visite à la maison d’arrêt pour femme de Liberté 6 : Sidiki Kaba pour la fin des longues détentions préventives
Negoce

[template id= »821″]

En visite hier à la Maison d’Arrêt des femmes au site du camp pénal de Liberté 6, le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, en compagnie de Cheikh Tidiane Diallo, directeur de l’Administration pénitentiaire, a réaffirmé la volonté de poursuivre la mise en œuvre du programme de mise à niveau des prisons aux standards internationaux.
A travers cette visite, Me Sidiki Kaba a souligné qu’il s’agit « de ne pas se limiter aux informations fournies, en temps réel, par la direction de l’administration pénitentiaire », mais surtout d’instaurer un dialogue direct avec les pensionnaires, pour échanger sur leurs conditions de vie et de détention. Le ministre de la Justice a également souligné que c’est une occasion de tâter le pouls du personnel d’encadrement et de surveillance pour prendre en compte leurs préoccupations.
Concernant les conditions de détention, Me Sidiki Kaba a reconnu qu’il y a beaucoup de choses à améliorer pour une meilleure prise en charge. Evoquant la complainte des détenues sur les longues détentions préventives, Me Kaba a mis cette situation sur le compte de la complexité de la mise en place de la Cour d’Assises.
Toutefois, le garde des Sceaux a soutenu que ce sera bientôt réglé avec l’instauration des Chambres criminelles pour remplacer la Cour d’Assises.
Me Kaba a salué le professionnalisme de la directrice de la Maf, qui a su nouer un partenariat avec des bonnes volontés pour appuyer les efforts l’administration pénitentiaire. Sidiki Kaba a magnifié les actions des structures telles que le Rotary club, l’Ong « Thi Biti » et des particuliers comme l’animateur Aziz Samb qui,  par leurs contributions, démontrent qu’ils ont tous à cœur d’alléger aux pensionnaires leur difficile période de détention ».

Standards internationaux
Le Lieutenant Rose Sarr, directrice de la Maison d’arrêt des femmes de Liberté 6, a plaidé pour le règlement de la question des longues détentions préventives. Elle a indiqué « que le personnel de la Maf est en deçà des standards internationaux, d’où sa demande  en renfort d’effectif pour être aux normes ». Selon elle, les chantiers entrepris ont pour objectif d’améliorer le cadre de vie des pensionnaires et du personnel. Le Lieutenant Sarr a mis l’accent sur la préparation à la réinsertion pour souligner l’importance des ateliers de couture et d’apprentissage qui participent, selon elle, à la formation des pensionnaires en vue de leur retour au foyer avec un acquis supplémentaire. Présentant la Maf, le Lieutenant Sarr a indiqué qu’elle a une capacité d’accueil de 100 détenues, et héberge présentement 22 condamnées dont une mineure de 14 ans et quatre détenues qui purgent une peine de 10 ans. S’agissant des détentions préventives, deux parmi elles ont déjà fait six ans dans l’attente de leur jugement. Elle a rappelé que l’établissement a été érigé en annexe du Mac de Rebeuss de 1995 en 1998, date à laquelle, par décret présidentiel, il est devenu Maison d’arrêt pour femmes.

 

source soleil

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…