Avis sur: “un 2ÈME MANDAT DU PRÉSIDENT MACKY SALL DÉDIÉ AUX FEMMES”

“Ce 2ème mandat va éclaircir notre avenir” dixit Ndèye Fatou Ndiaye

Ndèye Fatou Ndiaye de Thiokhole : « Il faut aider ces femmes à sécuriser leurs terres »

Originaire du village de Thiokhole, dans la commune de Notto-Diobass, à quelques encablures de Thies, Ndèye Fatou Ndiaye fait incontestablement partie des femmes battantes de l’Alliance pour la République (APR), mais également une femme de développement. Sur la promesse de son candidat et leader Macky Sall de dédier son 2ème mandat aux femmes et aux jeunes, la fille de Thiokhole dit rendre grâce à Dieu et remercier « Tous les militants de la Coalition Benno Bokk Yakaar et de l’APR qui nous ont aidé à réélire notre président Macky Sall dès le premier tour dont la promesse faite à notre endroit nous réconforte énormément ».

Ndèye Fatou Ndiaye dit s’en réjouir, « quand on sait que le président Macky Sall, durant son premier mandat, avait conçu des programmes  et des projets en notre faveur et pour la jeunesse. Donc, s’il revient pour réaffirmer cette promesse, nous ne pouvons que le croire et l’en remercier surtout que c’est une façon de nous dire qu’il continue ses premiers projets en ce sens avant d’en entamer d’autres encore ». Consciente que son leader a été élu par les femmes et les jeunes, Ndèye Fatou Ndiaye affirme que les femmes, dans leur grande majorité, avaient intérêt à lui donner ce second mandat « surtout qu’il y allait de leur avenir au regard de tout ce qu’elles avaient entamé comme programmes et projets de développement. Pour dire que ce 2ème mandat va éclaircir notre avenir ».

Elle avance aussi que les femmes sont dans tous les secteurs. « Elles sont dans toutes les chaînes de valeur dans le domaine agricole ; elles s’activent également dans l’élevage, la pêche, le commerce. Son souhait est de voir les autorités assister davantage les femmes dans le domaine agricole « avec le concept d’accès des femmes à la terre surtout. Il faut aider ces femmes à sécuriser leurs terres par des clôtures de protection, leur faciliter l’obtention de l’eau en multipliant les forages en milieu rural surtout afin qu’elles puissent s’adonner au maraîchage »

Actrice de développement, elle plaide également la cause de ses sœurs « pour qu’elles obtiennent des tracteurs comme les hommes, étant entendu qu’elles sont des productrices comme les hommes. Elles doivent aussi avoir l’accès aux semences de qualité, aux intrants de qualités (produits phytosanitaires), etc. Elles doivent en outre bénéficier de centrales d’achat, de centre de commercialisation et de banques céréalières pour que les femmes puissent transformer, stocker et écouler leurs produits agricoles ». Dans le domaine de l’élevage, Ndèye Fatou Ndiaye poursuit pour réclamer des vaches laitières et de l’aliment de bétail, « pour que mes sœurs s’adonnent à la transformation de ce lait ».

Quant au secteur de la pêche, « l’avocate » des femmes de la région de Thiès ajoute que les femmes ont droit à des unités de conservation au niveau de Cayar, Mbour, Joal, et autres localités de pêche ». Mais pour Ndèye Fatou Ndiaye, le nœud gordien « reste le financement des femmes, surtout que l’argent qu’elles épargnent dans leurs Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) ne leur permet pas d’arrondir les angles quand on sait que les besoins sont nombreux et difficiles à satisfaire ».

Pour ce qui est de la Parité, Ndèye Fatou Ndiaye estime qu’elle reste à parfaire. « On ne respecte cette parité qu’au niveau des conseillers, mais pas au niveau des véritables postes de décisions. Nous attendons du président Macky Sall qu’il jette un regard circonspect aux femmes pour ce faire ». Elle a listé également plusieurs autres domaines dans lesquels les femmes pourraient s’épanouir… (Écouter la Vidéo).

MATY SENGHOR BEYE « Vivement le retour de l’ascenseur »

Maty Senghor Bèye dit se réjouir de la promesse faite par le président Macky Sall de dédier son second mandat aux femmes et aux jeunes, avant de souligner que « les femmes ayant joué leur grande partition dans sa réélection, attendent de sa part, le retour de l’ascenseur en prenant davantage en charge les femmes et les impliquer dans le développement de la cité sur le plan de la formation, de l’encadrement et du suivi ». Prenant l’exemple sur sa ville de Thiès, elle rappelle que la ville regorge de femmes capables aussi bien que les hommes, de diriger des instances supérieures « comme des ministères, des directions, entre autres structures. Toutes les compétences féminines sont à Thiès » renchérit la présidente du réseau des enseignants de L’APR de Thies. (Voir Vidéo).


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.