mardi , août 21 2018
Accueil / A la une / Bilan PAQEEB FI / Financement initial Les  acquis scolaires au plan national

Bilan PAQEEB FI / Financement initial Les  acquis scolaires au plan national

 

Indicateurs d’objectif Situation de référence

2014

Situation 2015 Situation

2016

Cible de fin de projet

2017

Valeur réalisée en 2017 Valeur réalisée (reconduction performances

2016)

Indicateur 1 : Accroitre le % d’élèves qui, à l’achèvement des classes de CP et de CE2 démontrent de leurs capacités de lire et comprendre les textes de leur niveau scolaire CP : 34.5 39% 59,73 % CP: 39 59,73 %   ——-  +20.73 +20 ,73
CE2: 51.7 59% 60,27 % CE2 : 56 60,27 % ———+4.25  +4,27
Indicateur 2 : Accroissement du % d’élèves qui, à l’achèvement des classes de CP et CE2 démontrent leurs capacités d’effectuer des calculs et résoudre des problèmes de math de leur niveau scolaire CP: 51.09 56% 59,21 % CP : 56 59,21 %  ———–+9.91 +9.91
CE2: 46.26 51% 54,20 % CE2 : 51 54,20 % ——-+3.20 +3.2

 

 

  • CP
  • Lecture: cible de fin de projet atteinte et dépassée avec un écart positif de +20 ,73 de pourcentage: motif de satisfaction.

Mathématique : cible de fin de projet atteinte et dépassée avec un écart positif de  + 9,91 de pourcentage.

  • Au CE2
  • Lecture: cible de fin de projet atteinte et dépassée avec un écart de + 4,27.
  • Mathématique: cible de fin de projet atteinte et dépassée avec un écart positif de + 3,2
  • Tendances haussières observées régulièrement pendant les trois années de M O des 2 disciplines
  • Attention particulière à accorder aux conditions matérielles et immatérielles d’administration des tests sur le terrain
  • Implantation du dispositif d’évaluation adapté au PAQEEB et à élargir au système d’évaluation visé.

 

  • Points forts
  • L’adoption des contrats de performance comme stratégie de création d’un environnement favorable aux enseignements–apprentissages, de mobilisation des intervenants autour d’un projet commun d’amélioration de la qualité des services éducatifs et d’incitation à la performance ;
  • La politique de financement des contrats des écoles, collèges, daara et IEF basée sur des critères équitables d’allocation et l’obligation de résultats ;
  • La mobilisation des acteurs du niveau central et déconcentré pour la mise en œuvre des activités inscrites dans le PTBA durant une courte période d’exécution liée au retard dans la mise à disposition des fonds ;
  • L’application des réformes pour la promotion des sciences orientée vers le plan de développement du collège et la transition en seconde scientifique
  • des pratiques professionnelles et de culture de gouvernance visant l’amélioration de la performance et la reddition de comptes ;
  • La définition des indicateurs de décaissement sur une base annuelle et de façon graduelle pour inciter à la fois à la performance et à la réalisation des indicateurs intermédiaires et des indicateurs de développement de fin de projet ;
  • la confiance renforcée des bénéficiaires du projet sur la modernisation des daara grâce au  démarrage des travaux de réhabilitation des infrastructures ;
  • l’implication et la responsabilisation des communautés dans la gestion des écoles, établissements et des Daara favorisant ainsi une ouverture de l’Ecole à la vie et la gestion plus solidaire et mieux concertée ;
  • Le partage de connaissances rendu effectif ayant permis de capitaliser certaines initiatives porteuses et la valorisation de l’expertise nationale dans le management du système éducatif;
  • Le leadership de plus en plus affirmé des inspecteurs, principaux, directeurs d’école et des Borom daara dans le pilotage du projet ;
  • La revue de la gestion financière de 2014 à nos jours pour apporter les correctifs nécessaires, rééquilibrer les catégories de dépenses et procéder aux réallocations des sources de financement ;
  • Des avancées notoires dans la célérité pour le paiement des entreprises au niveau de la contrepartie nationale ;
  • L’instauration de cadres de coordination des IA et des IEF permettant une communication horizontale plus systématique basée sur des partages et échanges dans la résolution des problèmes au niveau déconcentré et une communication verticale mieux structurée avec le niveau central ;
  • Une visibilité de plus en plus nette du projet grâce aux diverses actions de communication développées.
  • Points à améliorer
  • Le retard récurrent dans la mise à disposition des ressources allouées aux écoles élémentaires, CEM, daara, IEF et IA pour la mise en œuvre du PTBA ;
  • La faiblesse permanente du taux de transition vers les séries scientifiques du fait d’une planification trop ambitieuse (50%) et de certaines IA toujours à la traine ;
  • La tendance en dents de scie observée sur les performances des IEF liées aux objectifs convenus sur les PAQ (réalisé1fois /3) au cours des trois années de mise en œuvre du projet ;
  • Le retard persistant observé chez certains IA dans la livraison des ouvrages des écoles, des blocs scientifiques et technologiques (BST) et des centres régionaux de formation des personnels de l’éducation (CRFPE) ;
  • La non disponibilité au niveau des daara des manuels de lecture et de mathématiques pour l’an 2 ;
  • La signature tardive des chèques au niveau de la Direction de l’Investissement et des Financement extérieurs (DIFC) du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan limitant le déroulement à temps des activités programmées ;
  • Lenteurs notées dans la prise des mesures susceptibles d’assurer la fonctionnalité des BST en 2016 et 2017;
  • La non maîtrise du phénomène de la transhumance dans la scolarisation (absence de statistiques, identification des itinéraires des nomades, …),
  • L’insuffisance des infrastructures et  le manque de personnel enseignant justifiant en grande partie, – uu risque réputationnel relatif à l’attente de beaucoup d’enfants recrutés sans maîtres.

Perspectives

  • Corriger la faiblesse des performances des IEF liées aux objectifs convenus sur les PAQ (réalisé1fois /3) au cours des trois années de mise en œuvre du projet ;
  • Mettre en place des dispositifs de mobilisation communautaire fonctionnels pour renforcer les comités de gestion, l’implication et la responsabilisation des communautés dans la gestion de l’école ;
  • Appuyer et accompagner davantage l’intervention des inspecteurs d’académie en qualité d’autorités contractantes pour assurer la finalisation des travaux, la réception définitive pour une livraison totale des infrastructures fonctionnelles (écoles, CRFPE, collèges, BST,daara) ;
  • Appuyer l’accompagnement par la DCS pour rendre effectif le remplacement des abris provisoires selon le modèle PPP ;
  • Assurer une communication sociale de proximité, impliquant toutes les composantes de la société, pour accroître le niveau de performances dans les apprentissages fondamentaux (la lecture, les mathématiques, les sciences) ;
  • Mettre l’accent de façon prioritaire sur la mitigation du risque lié à la faiblesse du taux de transition en seconde scientifique en mobilisant la communauté éducative autour de la promotion des mathématiques et des sciences;

 

Bilan 2017 au niveau de Thiès -ville

Domaine : Acquis scolaires

 

1 % élèves ayant atteint le seuil minimum de maitrise en Lecture au CP 84.58%
2 % élèves ayant atteint le seuil minimum de maitrise en  math au CP 82.94%
3 % élèves ayant atteint le seuil minimum de maitrise en Lecture au CE2 58.11%
4 % élèves ayant atteint le seuil minimum de maitrise en  math au CE2 62.57%
5 Taux réussite au CFEE 69.94%
6 Taux réussite au BFEM 37.76%

 

Domaine : Efficacité interne

17 Taux  achèvement du Primaire 79.07%
18 Taux de survie en fin du cycle primaire 54.62%
19 Taux achèvement du cycle moyen

 

70.19%
20 Taux de survie en 3ème

 

83.74%
21 Quantum Horaire  Elémentaire

 

96.87%

Synthèse des performances au niveau de l’IEF

 

Le taux moyen de réalisation des objectifs annuels n’a pas atteint le seuil idéal (80%). Ceci s’explique par la faiblesse des résultats dans le domaine de la qualité. Néanmoins, La commune de Thiès ville  a réalisé des niveaux de performances assez élevés  pour la plupart des indicateurs

LE PAQEEB FA Financement additionnel

  • Le F A!
  • est le pont entre le FI et une éventuelle opération Programme pour Résultats (PforR) :

Il est une réponse à une demande spécifique du gouvernement de mettre à l’échelle les activités dans le cadre du projet initial et d’expérimenter de nouvelles façons de mettre en œuvre certaines activités existantes pour optimiser les résultats et la durabilité afin d’accroître davantage l’impact du développement

Le bien –fondé du PAQEEB FA

  • Le projet d’éducation vise à offrir aux enfants sénégalais davantage de possibilités d’accès aux écoles, surtout les couches les plus défavorisées (filles, enfants des familles pauvres, enfants des zones rurales, etc.).
  • Il alloue des ressources pour aider les enfants et leurs familles à surmonter les obstacles à l’éducation

                                                            PRINCIPAUX RÉSULTATS ATTENDUS

  • Augmentation du % d’élève qui, d’ici la fin du CP et du CE2 de l’école primaire, savent lire et comprendre des textes conformes à leur niveau d’étude
  • Augmentation du % d’élèves qui, d’ici la fin du CI de l’école primaire, savent lire et comprendre des textes conformes à leur niveau d’étude (nouveau)
  • Augmentation du % d’élèves qui, d’ici la fin du CP et du CE2 de l’école primaire, démontrent leur capacité à calculer et à résoudre des problèmes mathématiques conformes à leur niveau d’étude
  • % d’élèves du CEM inscrits dans les séries mathématiques et scientifiques (S1, S2) au niveau secondaire
  • Dont tel pourcentage de filles (nouveau)
  • Bénéficiaires directs du projet,
  • dont Bénéficiaires féminins
  • Système d’évaluation de l’apprentissage au primaire
  • Finance 400 nouveaux daara supplémentaires sur la base des critères existants

                                      MODALITES DE MISE EN ŒUVRE

  1. 1. Comité de pilotage présidé par le Ministre de l’Education nationale ou son représentant
  2. Dispositif au niveau central
  • La DPRE sera responsable de la coordination du projet global et du système de S-E . Il sera assisté d’un coordonnateur. Elle sera assistée par un coordinateur technique chargé de suivre la mise en œuvre du projet au jour le jour.
  • La DEE et la DEMSG seront responsables de la coordination technique des initiatives en faveur de l’éducation primaire et des collèges.
  • La DAGE sera responsable de la gestion financière globale du projet et de la passation des marchés
  • Les directions et services comme la DFC, l’Inspection interne, l’Inspection des Daara, l’INEADE, la DSAJ, la DCS, la DALN seront responsables des domaines qui relèvent de leurs missions.
  1. Dispositif au niveau déconcentré
  • Mise en place d’une équipe académique ;
  • Mise en place d’une équipe au niveau de chaque IEF.

Exigence de mise en cohérence, mise en synergie,  coordination, mutualisation et  complémentarité dans un  cadre de dialogue.

A PROPOS DE seyelatyr

Seyelatyr Fondateur et Administrateur de Thiesinfo Tel 775312579 EMAIL: redaction@thiesinfo.com Thiesinfo Thiestv

Voir aussi

Pénurie de pomme de Terre: A Thies Les commerçants alertent et indexent le ministre du commerce Alioune Sarr

Partagez sur Whatshapp En cette veille de Tabaski où les besoins sont multipliés par 1000, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…