Causerie sur Serigne Touba Par Professeur Ibrahima Faye: 1ère Partie

En perspective du Grand Magal de Touba, Oustaz Ibrahima Faye a choisi d’ajouter au « Yobal » ce qui a toujours été mis au devant par Khadimou Rassoul : le savoir!

Si les « berndés » sont la caractéristique essentielle de ce grand évènement, le préalable à tout est la connaissance du fondateur du mouridisme et des fondamentaux de sa doctrine.

Cette condition n’étant pas toujours remplie, nombreux sont ceux qui se disent talibés mourides ou marabouts, sans qu’ils ne le soient vraiment.

Oustaz Ibrahima Faye veut donc, d’ici le Magal, nous parler à travers Thiès info de sa vie et de son œuvre, en s’appuyant sur des sources authentiques, en particulier les ouvrages de Serigne Mouhamadou Bachir Mbacké, père de l’actuel Khalif Général des mourides Cheikh Mountakha Mbacké, dont la mission est justement de vulgariser et préserver les savoirs.

Heureux de commencer cette série en présence de Sokhna Aissatou, petite fille de Cheikh Oumar Foutihou, le saint qui avait annoncé la venue de Cheikh Ahmadou BAMBA bien avant sa naissance, Oustaz Ibrahima Faye démontre par cette information qu’il s’agit bien de quelqu’un qui sort de l’ordinaire.

Et ce ne sont pas là que des mots, mais de faits réels. Issu d’une famille de nobles érudits appelés « sourafa » descendants du prophète PSL, qui n’a pas entendu parler des qualités de sa mère ?

De son vrai nom Mariama Bousso, l’appellation Mame Diarra est un diminutif de « Diarriatoulah » qui signifie « voisine de Dieu », tellement sa dévotion, sa maitrise du Coran étaient parfaites et constantes.

Elle était aussi tellement dévouée à son mari Mame Mor Anta Saly que l’exemple souvent donné du pilier retenu sous la pluie pour respecter le « Ndigeul » de ce dernier n’est en fait que l’arbre qui cache la forêt de mille autres actions similaires !

Que retenir ? Borom Touba n’a demandé à Dieu que 2 choses et les a obtenues : être Abdoulah wa khadimou rassoulilah. (Esclave de Dieu et serviteur du Prophète Mohamed PSL).

Cela veut dire que, guide religieux ou simple talibé, ce qui s’impose à tous c’est le respect des préceptes de l’Islam, du Ndigeul de Khadimou Rasoul à travers son représentant et pour cela, s’instruire d’abord.

Se comporter et agir comme Mame Cheikh Ibrahima Fall sans violence,rechercher la bonne entente avec tous les musulmans et tarikhas, voila ce à quoi Oustaz Ibrahima Faye veut amener ses condisciples.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.