En direct: La Cérémonie de PRESTATION DE SERMENT DU PRÉSIDENT MACKY SALL

De 1963 à nos jours, 04 chefs d’états ont eu le privilège de prêter serment, celui de se dévouer corps et âme au service de la nation : Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf  en 1981, Abdoulaye Wade en 2000 et Macky Sall en 2012 et aujourd’hui 2 avril 2019.

Le faisant au centre des expositions du pôle urbain à Diamniadio, il dit se situer vers « l’émergence et le développement », « dans le temps de l’action » et annonce une équipe performante pour l’accompagner dans ses réformes  de l’administration, qui devra être plus efficiente «  pour mener le Sénégal vers plus de progrès et de prospérité ».

Son discours, prononcé devant  le Conseil Constitutionnel et de nombreux chefs d’état dont Paul Kagamé, Dénis Sassou Ngésso, etc., un grand nombre d’invités de marque et d’autorités nationales, peut être considéré quelque part comme une réponse ferme à l’opposition qui refuse encore d’accepter le verdict des urnes.

En effet, après être revenu sur son  bilan « positivement sanctionné le 24 février  2019 » par le peuple, le Président  Macky Sall  dit être cependant « conscient des nouveaux défis » car il a « le Sénégal au cœur » et dans la  2ème phase du PSE donne « la priorité aux jeunes, aux femmes, les emplois et leur employabilité », d’où «  une reforme prochaine système éducatif tournée vers la  formation professionnelle.»

On retiendra aussi qu’il reste dans le social avec la promesse de   100 000 logements sur les 5 ans, l’autosuffisance alimentaire, l’équité territoriale, la  protection de l’environnement, mais aussi,  la promotion de la  paix, la stabilité, la solidarité et pour y arriver, « une réadaptation de l’administration qui doit être plus efficiente mode fast tract ».

………………………………………………………………………………………..

PRESTATION DE SERMENT DU PRESIDENT MACKY SALL

Un 2ème quinquennat plein d’espoir pour le Sénégal

« Devant la Dieu et devant la nation sénégalaise, je jure de remplir fidèlement la charge de président de la <République du Sénégal, d’observer, comme de faire observer scrupuleusement les dispositions de la constitution et des Lois, de consacrer toutes mes forces à défendre les institutions et l’indépendance nationale ; de ne ménager aucun effort pour la réalisation de l’unité africaine ». Par ces mots, le président Macky Sall entrait en fonction pour ce 2ème quinquennat qui, à n’en pas douter, sera plein d’espoir pour le Sénégal. Il venait donc de se succéder à lui-même.

Sa prestation de serment devant les 7 sages du Conseil Constitutionnel aura été suivi par une vingtaine de ses pairs africains, ainsi que de hauts responsables et militants sénégalais de tous bords qui ont assisté aussi, à la remise, par le général Meïssa Niang de la Chancellerie, du Grand Collier qui fait de Macky Sall Grand Maître de l’Ordre national du Lion. L’on a surtout assisté à une cérémonie empreinte de solennité lors que  dans une salle comble, le président du Conseil constitutionnel, Pape Oumar Sakho demanda à deux greffiers d’installer le président Macky Sall dans un fauteuil en cuir blanc, à lui destiné. Chose faite et le président Oumar Sakho de demander à la greffière en chef de procéder à la lecture des Visas et Dispositifs de la Disposition de la Décision N0 4E 2019 du 5 Mars 2019 du Conseil constitutionnel.

Cette dernière s’exécuta : « le Conseil constitutionnel, notamment en ses Articles 26, 33 et 35,

Vu la Loi organique N0 2016/23 du 14 Juillet 2016, relative au Conseil constitutionnel,

Vu la Loi N0 2017/12 du 18 Janvier 2017 portant Code électoral, modifiée par les Lois N0 2017/33 du 21 Juillet 2017 et N0 2018/22du 4 Juillet 2018,

Vu la Décision du Conseil constitutionnel N0 3E 2019 du 20 Janvier 20919, arrêtant la liste des candidats au premier tour de l’élection du président de la République,

Vu la Lettre N0 82 PPCAD/FM du 28 Février 2019 du 1er Président de la Cour d’Appel de Dakar, Président de la Commission nationale de recensement des votes (Cnrv), transmettant le procès-verbal des résultats provisoire du 1er tour de l’élection présidentielle et les pièces y annexées.

Après en avoir délibéré, conformément à la Loi, proclame :

Article 1er : Monsieur Macky Sall est élu président de la République du Sénégal.

Article 2 : La présente décision sera affichée aux Greffes du Conseil constitutionnel et publiée au Journal officiel de la République du Sénégal ».

Culture de l’Etat de droit

Le président du Conseil constitutionnel reprend la parole pour s’adresser       au président Macky Sall. « Monsieur le président vient encore une fois, à travers ce processus électoral, de marquer son attachement aux valeurs démocratiques qui constituent les fondements de la République ». Mais le président Oumar Sakho a lancé un message fort à son hôte, en lui disant que « cependant, si l’élection est, comme indiquée tantôt, le moment du bilan pour le président sortant, elle constitue également un moment d’introspection générale au plus profond de notre moi collectif et un critérium pertinent, permettant de mesurer la maturité de nos institutions républicaines, de notre conscience citoyenne et aussi, l’ancrage de nos édiles politiques et intellectuels dans ce qu’il convient d’appeler une culture de l’Etat de droit ».

Pour le président Oumar Sakho, le pacte démocratique egt l’Etat de droit supposent en effet un rapport positif à la Loi et aux institutions. « C’est-à-dire, pour reprendre François Hoste, une inclination républicaine. Il suppose, outre un respect mutuel et un esprit de dépassement entre les acteurs du jeu politique, en vue de surmonter la suspicion entre adversaires politiques, afin de trouver un minimum de consensus sur les questions essentielles ». Au terme de son propos plein de sagesse et d’enseignement, il demande au président réélu pour la 2ème fois. « Veuillez-vous lever, le Conseil constitutionnel va recevoir votre serment….. (Cliquer sur la Vidéo).


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.