Course aux parrains à Thies: Avec un objectif de 200 000 parrains, le Rewmi se montre plus ambiteux que l’APR

A Thies où le Benno s’est fixé un objectif de 130 962 signatures, le Rewmi de Idrissa Seck s’est montré plus ambitieux avec un objectif de 200 000 signatures. Un séminaire technique sur le parrainage s’est tenu ce mardi 04 septembre 2018 au cyber campus de Thies pour préparer et sensibiliser les responsables du Parti.

 

Le séminaire sur le parrainage organisé par le parti Rewmi à Thiès, selon Déthié Fall et ses amis, n’avait pas pour objet la collecte de signatures en elle-même, mais plutôt la formation « technique» des militants.

D’ailleurs c’était plus pour déjouer les pièges de Macky Sall que pour savoir remplir les fiches. Cela est fondamental certes, mais puisqu’on en est au deuxième tamis après le filtre juridique qui a écarté Karim Wade et Khalifa Sall, REWMI a mis en place le système AMDEC (analyse des modes de défaillance pour les élections) pour parer à toutes les éventualités.

 Il s’agit d’une préparation technique des militants sur les risques d’erreurs (pour éviter les doublons par exemple) dans la collecte qui va du plus bas niveau à la centralisation au sommet.

Pour un parti comme REWMI, présent dans les 552 communes du Sénégal et dans toute la diaspora, les 66 000 signatures que Thiès seule peut donner ainsi que le prouvent les résultats des dernières élections, ne sont pas un problème.

Avec l’opposition, ils ont  alors besoin surtout de gens avertis, déterminés, engagés sur le terrain pour dégager celui qu’ils considèrent comme un dictateur qui ne respecte ni les sénégalais ni les lois et règlements dont il devrait être le « gardien » !

 Ce travail est d’ailleurs facilité selon Déthié Fall par les innombrables dérives du pouvoir qui pousse à l’indignation.

Comment Macky Sall peut-il aller dans une élection juste et équitable en posant comme préalable une connaissance exacte du nombre de ceux qui ne voteront pas pour lui ? Des militants et sympathisants de l’opposition ?

Puisqu’il lui est impossible de recaler des candidats comme Idrissa Seck, il a recours à de pareils subterfuges mais ce que toute l’opposition veut, c’est une élection transparente, avec une personnalité neutre pour le contrôle de tout le processus électoral.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.