samedi , septembre 22 2018
Accueil / A la une / Crise à l’US RAIL.OUSSEYNOU KEÏTA TRAÎNE ALIOUNE SARR EN JUSTICE POUR « ABUS DE BIENS SOCIAUX » ALIOUNE SARR : « NOUS NE DESCENDRONS PAS AU NIVEAU DE OUSSEYNOU KEITA »

Crise à l’US RAIL.OUSSEYNOU KEÏTA TRAÎNE ALIOUNE SARR EN JUSTICE POUR « ABUS DE BIENS SOCIAUX » ALIOUNE SARR : « NOUS NE DESCENDRONS PAS AU NIVEAU DE OUSSEYNOU KEITA »

Ousseynou Keïta a porté plainte auprès du procureur de la République contre Alioune Sarr pour « abus de biens sociaux ». Le plaignant accuse d’ailleurs M. Sarr de « se prévaloir faussement de la qualité de président de l’US Rail depuis, déjà, plus d’une dizaine d’années ». Le dossier est présentement pendant devant la justice.
Le nouveau bureau de l’US Rail issu de l’Assemblé générale du 9 février dernier a estimé devoir porter plainte auprès du procureur de la République, pour abus de biens sociaux, contre Alioune Sarr, lequel, selon les plaignants, « se prévalait faussement de la qualité de président de l’US Rail depuis, déjà, plus d’une dizaine d’années ». Le dossier est présentement pendant au niveau de la justice, et parmi les points énumérés, figure le Bus (Car) acquis à plus de 12,5 millions, à l’époque, avec l’aide de l’ancien maire de la ville de Thiès, Idrissa Seck. « Nous avons toutes les factures par devers nous, parce que ce car, on l’avait acheté non pas dans la rue ou dans un garage, mais dans une maison respectable : « Vision Sénégal », une société de tourisme établie à Dakar. Nous détenons même encore le premier bon avec lequel nous avions acheté le carburant nous ayant permis d’amener le véhicule à Thiès », de soutenir l’actuel président du club, Ousseynou Keïta. Mais, quand Alioune Sarr et ses copains ont hérité de ce car neuf, quelques années plus tard, ils l’ont vendu à deux millions F.CFA. « Ils l’ont bazardé sous prétexte que c’est une épave alors qu’actuellement ce véhicule fait la liaison Dakar-Touba », souligne Ousseynou Keïta qui ne manque pas de préciser : « dans une association, on ne vend pas n’importe comment. Si on veut vendre un bien, il faut une délibération de l’Assemblée générale extraordinaire ou une décision du Comité directeur. Et si cette décision est prise, il y a des personnes habilitées à procédé à ladite opération, à savoir le président et le trésorier général. Ici, la première condition n’a pas été remplie, parce qu’il n’y a pas de délibération d’une assemblée générale ni une décision du comité directeur. La 2e condition, également, n’a pas été remplie parce que ni le président ni le trésorier n’ont vendu ».
Le 2e élément sur la liste des griefs soulevés à l’encontre de M. Sarr s’intéresse au cas du joueur Abdel Kader Mangane qui jouait au Rail avant de faire l’objet d’un transfert à Neuchâtel (Belgique), puis en France. Ousseynou Keïta explique : « son dossier est là, pour éviter la forclusion, c’est moi-même qui avais saisi, à l’époque, la FIFA, laquelle avait fait injonction à Neuchâtel pour qu’on paye à l’US Rail. Alioune et Cie ont hérité de ce dossier qui est le plus gros transfert que le Rail ait connu, avec la somme de 29 millionsF.CFA. Pour tous les autres transferts du Rail, c’était entre 3 millions F.CFA et 5 millions F.CFA. Quand l’argent est arrivé, ils ont contourné le président d’alors, Joe Sambou, pour le faire transiter, non pas dans le compte de l’US Rail, mais au niveau de la ligue (ce qui est déjà irrégulier) qui après retrait, lieur a remis la somme qu’ils ont utilisée jusqu’à extinction ». Aussi, par rapport aux subventions de 2,5 millions F.CFA accordées chaque année aux associations de la ville par la mairie, M. Keita de dire que « Alioune Sarr et ses amis prenaient ça de façon irrégulière. Parce que seul le président ou le trésorier sont habilité à le prendre. Maintenant, pour ne pas s’encombrer, ne pas avoir de problème, ils ont renvoyé le trésorier et le président, Joe Sambou, de guerre lasse, a démissionné parce que quand il a voulu les amener sur le droit chemin, ils n’ont pas accepté, quand il a voulu convoquer une Ag pour rendre compte, ils n’ont pas voulu, il est parti ». Quant aux autres éléments du dossier, le président du Rail de dire qu’ils concernent le « matériel ». Le Rail, fait-il remarquer, « était un club très en avant sur beaucoup de club ici au Sénégal. Nous avions un matériel informatique médical que nous avions acheté à coup millions, aujourd’hui, ce matériel a disparu. Aussi, nous avions un matériel de regroupement, les frigos, les cousinières, les matelas, les lits, etc., et tout a disparu ».
Après s’être offusqué de l’entêtement du « faux président de l’US Rail, Alioune Sarr et Cie, soit un groupe de quatre individus, à vouloir prendre le rail en otage », Ousseynou Keïta d’être catégorique : « à l’exception de celles qui ont été investies par l’AG du 9 février dernier, toute personne qui, désormais, se prévaudra d’une qualité de dirigeant du Rail pour poser un acte fera l’objet d’une plainte auprès du tribunal pour faux, usage de faux et escroquerie. Déjà, Alioune Sarr qui avait récemment convoqué une Assemblée générale a fait l’objet d’une sommation interpellative, et il fera l’objet d’une citation directe pour faux et usage de faux ». Pour le président du Rail, « il y a une large complicité dans cette affaire ». Il a dit ne pas comprendre « le refus du président de la ligue de Thiès de le recevoir après plusieurs démarches suite à l’Ag du 9 février. De la même manière, le président de la fédération a été saisi, et ce, bien avant les premiers matchs du Sénégal dans les éliminatoires, ça fait bientôt plus d’un mois. Pourquoi il ne peut pas me recevoir après une demande écrite que je lui ai faite ».
Cheikh CAMARA

Pour Alioune Sarr, « Ousseynou Keita devrait se taire pour de bon. Je refuse de tomber dans son piège. Le terrain sur lequel il m’attire, il ne me trouvera pas. Nous nous écartons des injures, de la diffamation, de la calomnie ». A l’en croire, à Thiès, il y a un « mauvais environnement, de mauvais dirigeants qui ne mènent que des activités de déstabilisation à l’US Rail ». Et de faire remarquer : « sous le magistère de Keita, le Rail n’a jamais rien gagné, n’a jamais eu un joueur à l’équipe nationale. Un bilan donc catastrophique ».
« Ces interpellations ne reposent sur absolument rien et ne méritaient même pas de réaction de notre part. À quel titre nous interpelle Ousseynou KEITA qui n’est pas le président du Rail depuis 2002. Il est resté 12 ans en dehors des instances et des structures du club pour, après, venir, avec un groupe d’amis, organiser, en l’absence de toutes les autorités et les structures sportives compétentes, de façon illégale et illégitime, les soi-disant assises (Assemblée générale) du club à l’issue desquelles il s’autoproclame président de l’US Rail. Cet habitué des faits qui ne respecte aucune instance est dans le délit. Il ne pose que des actes délictueux. Il est allé confectionner des sceaux du club (papiers avec en-tête du club, cachets) pour porter, en fausse qualité, le titre de président du club », a tenu à préciser Alioune Sarr pour apporter une réplique aux allégations qui lui ont été portées. Pour ce dernier, « Ousseynou Keita a eu à diriger l’Us Rail pendant deux mandats. Le troisième mandat, il a été président de la section de football. 15 années durant lesquelles il a bénéficié de l’appui consistant de la Société nationale du Chemin de Fer. A savoir une subvention annuelle de 15 à 30 millions par an. Il avait bénéficié de tous les conforts. Le Rail était alors le club le plus professionnel du Sénégal, disposant de toute la logistique. Les joueurs étaient payés par le Chemin de Fer puisqu’il y a avait une enveloppe de pas moins de 2,5 millions par mois qui était destinée aux salaires des joueurs. Mais la majeur partie allait aux dirigeants ». Et Alioune Sarr qui n’a pas manqué de convoquer l’histoire, de souligner que « avec tous ces moyens là, sous le magistère de Ousseynou Keita, le Rail n’a jamais rien gagné, n’a jamais même eu un joueur à l’équipe nationale. Un bilan donc catastrophique ».
Taxé d’avoir bradé le patrimoine du Rail, Alioune Sarr qui pense que « Keita devrait se taire pour de bon », de se demander : « Est-ce logique, pour un président de club qui, en allant en Assemblée générale, met sur la table un car flambant neuf, climatisé, une salle de jeux électronique, équipée, des comptes bourrés d’argent, tout un tas de matériel, fait de très bons résultats, pour, ensuite, se voir débarquer malgré tous ces moyens là » ? Alioune Sarr qui s’offusque du fait qu’il y a à Thiès un « mauvais environnement » et de « mauvais dirigeants qui ne mènent que des activités de déstabilisation au niveau de leur club », de refuser de tomber dans le « piège ». « Le terrain sur lequel Ousseynou Keita m’attire, il ne me trouvera pas. Nous nous écartons des injures, de la diffamation, de la calomnie. Lorsqu’il quittait, en 2002, Keita, je crois, doit avoir fait une passation de service et procéder à l’inventaire physique et financier des biens qu’il a légués. Qu’il nous montre, aujourd’hui, une copie des biens qu’il a laissés en partant. Il n’a qu’à nous sortir ce papier qui montre, photo à l’appui, ce car flambant neuf et l’état dans lequel il l’a laissé. Il dit avoir laissé du matériel électronique, de gymnastique. Mais le Rail n’a jamais eu cet équipement. En tout cas, nous, on ne l’a pas trouvé. Peut-être qu’il l’a dissimulé avant de partir. Qu’il montre l’inventaire de ce matériel », dira Alioune Sarr qui n’a aussi pas hésité à aborder la question des « 30 millions F.CFA que Idrissa Seck avait remis en espèce à Ousseynou Keita ». Pour faire remarquer : « le tort que Keita a fait aux thiessois, quand Idrissa Seck lui a demandé de lui proposer un projet pour qu’on ait à Thiès un grand club, c’est de leur avoir fait rater le train de l’histoire. Idrissa Seck avait tous les pouvoirs à l’époque et il était plein d’ambitions. Mais il avait en face de lui la mauvaise personne qui lui a proposé un projet qui tournait autour de 30 millions. Keita manque d’ambitions. 30 millions F.CFA, ce n’est même pas le budget d’un petit club ou d’une entreprise ». Et d’ajouter : « Lorsqu’il a reçu les 30 millions, le même jour, il est parti quelque part dans Dakar, il s’est payé un car avant de rentrer sur Thiès avec la monnaie. Et c’est comme ça que le projet d’Idrissa est tombé à l’eau. Personne ne sait la destination de cet argent parce que le trésorier avait refusé de prendre le résidu ». Concernant également le transfert, en 2001-2002, du joueur Doudou Cissé, Alioune Sarr dira que Keita l’avait bien « estimé à 2,5 millions, alors qu’on sait que même le barème des transferts internes entre club, pour un joueur qui a fait l’équipe nationale, varie entre 500.000 F.CFA et 3 million F.CFA. Cet argent, il ne l’a jamais reversé. Il disait avoir acheté des équipements avec. Des équipements qu’il ne restituera que 10 ans après, en 2012 ». Par rapport au cas de Kader Mangane, « l’accusé » d’inviter les thiessois à interpeller O. Keita sur les retombés de ce transfert. « Pour un transfert international, il a donné moins de 700 milles à la famille du joueur. Le montant du transfert de Kader Mangane, personne n’est en mesure de l’estimer. Ça ne figure sur aucune tablette du Rail. Il n’y a que O. keita qui sait combien a couté ce transfert », d’expliquer M. Sarr qui poursuit : « Nous, qu’est-ce qu’on nous reproche ? Seulement d’avoir pris ce dossier de manière professionnelle. Quand nous sommes arrivés, Kader Mangane a connu un autre transfert vers Lance (France). Et là, nous avons réclamé nos droits sur les indemnités de ce transfert. Lance a refusé de payer, nous avons introduit une procédure pour l’attaquer devant le tribunal arbitral sportif. La Fifa a tranché en faveur de l’US Rail. C’est un procès que nous avons remporté haut la main, en nous appuyant sur deux cabinets internationaux spécialisés en la matière. Ousseynou Keita qui se targue d’être toujours le plus grand professionnel du sport ne savait pas par où passer. Et nous avons gagné ce procès et reçu une partie des indemnités qui tournait autour de 28 millions. De l’argent que nous avions placé, par mesure de transparence, dans les comptes de la ligue régionale qui est la voie normale. Dans la même année, on a fait d’excellents résultats dans toutes les quatre sections (Football, Handball, basketball, athlétisme) ».
« De 2002 à 2014, en 12 ans, nous n’avons reçu de Transrail que 2,5millions. Pourtant, nous faisons d’excellents résultats, avec un palmarès honorable », nous confie Alioune Sarr qui, par rapport à la subvention municipale pour le Rail, M. Sarr se veut catégorique : « elle n’a jamais dépassé 2,5 millions. Actuellement, on tourne autour d’un million. Un million, c’est juste un déplacement pour aller à Ziguinchor. C’est une journée de match, alors qu’on fait presque une cinquantaine de matchs par année (junior sénior, cadet, championnat comme coupe du Sénégal). Et un match ne coûte pas moins de 200.000 F. Le mérite que notre équipe, c’est de maintenir le Rail en vie. La question que O. Keita doit se poser, est de savoir avec quel argent le Rail fonctionne ». « Une fois encore, nous tendons la main à O. Keita pour, ensemble, travailler en équipe », de conclure M. Sarr.
Cheikh CAMARA

One comment

  1. Alioune sarr personnage integre et courtois issue d’une famille aisée ayant grandi à la cité ballabey (la famille Sarr habitait la maison qui jouxtait le terrain de l’us rail)
    Tout mon enfance apres l’ecole on se precipitait au terrain voir les entrainements de l’us rail
    la belle epoque des doudou diakhaté, grand james,bamba le gardien de but ect… doyna war
    put the right men in the right place and life go on

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…