Cryptomonnaies : le tueur de Christchurch aurait financé ses voyages avec l’une des plus grosses arnaques du secteur

Dans le manifeste publié par Brenton Tarrant, il indique avoir investi et gagné de l’argent grâce à BitConnect. Ce texte attribué au tueur est néanmoins à prendre avec des pincettes.

L’une des questions restées en suspend à l’égard de Brenton Tarrant, l’auteur le 15 mars de la tuerie 50 morts dans l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, c’est la manière dont il a réussi à financer ses nombreux voyages. En effet, l’Australien explique dans le manifeste publié sur Internet juste avant le drame avoir beaucoup voyagé, notamment en Europe et en Asie. Il explique en effet s’être rendu en France, en Espagne ou au Portugal et des publications sur les réseaux sociaux laissent penser qu’il serait allé jusqu’au Pakistan et en Corée du Nord.

La seule indication singulière qu’il laisse dans son texte, c’est une allusion à BitConnect. “J’ai travaillé pendant une courte période et gagné de l’argent en investissant dans BitConnect, avant d’utiliser mes gains pour voyager”, écrit-il sans plus de détails. Cette plateforme, née en janvier 2016 et disparue en janvier 2018, est connue comme l’une des plus grosses arnaques de l’histoire des cryptomonnaies. Son modèle d’escroquerie reposait sur une vaste pyramide de Ponzi (et en aucun cas une vraie cryptomonnaie), un système dans lequel les nouveaux entrants financent les anciens.

Une escroquerie digne de Madoff

En échange de bitcoins, BitConnect promettait un retour sur investissement avec un rendement à taux fixe jusqu’à 10%. Plus vous laissiez d’argent bloqué longtemps, plus ça rapportait. Ce type d’escroquerie, dont le financier Bernard Madoff s’était inspiré, peut fonctionner longtemps à condition que de nouveaux investisseurs arrivent régulièrement et qu’aucun mouvement de panique n’incite les membres à retirer leurs fonds. C’est ce qu’il s’est passé le 17 janvier 2018, lorsque le marché des cryptomonnaies a brutalement chuté. Selon les écrits de Brenton Tarrant, il semblerait qu’il ait réussi à retirer son argent avant la faillite.

De nombreuses victimes ont révélé avoir perdu des milliers de dollars dans BitConnect. Le FBI enquête sur l’affaire depuis janvier dernier. Six d’entre elles se sont réunies dans le cadre d’une action de groupe et prétendent avoir perdu l’équivalent de 771.000 dollars. Il est impossible de connaître le montant total de la fraude, mais celle-ci dépasse probablement le milliard de dollars. On ne connaît pas l’identité de ses responsables.

Le manifeste du tueur est-il vraiment son oeuvre ?

Le lien entre le terroriste et BitConnect est contesté par le magazine américain Foreign Policy qui estime qu’il ne peut en avoir profité pour voyager car la cryptomonnaie a été créée après ses pérégrinations. Le journaliste David Gerard y voit une manière de brouiller les pistes et d’accuser injustement cette technologie. Or, Brenton Tarrant précise bien que son séjour en Europe a lieu en 2017, à un moment où il était possible de gagner de l’argent avec BitConnect.

Néanmoins, plusieurs experts estiment que le manifeste de Brenton Tarrant n’aurait pas été écrit par lui-même mais par des membres de la communauté suprémaciste blanche sévissant sur le forum 8chan. En effet, de nombreux termes font référence à des termes à prendre sous le prisme humoristique. Il explique notamment que jeu-vidéo pour enfants “Spyro le Dragon 3” l’a poussé vers “l’ethno-nationalisme” et qu’il a appris à utiliser des armes à feu grâce à Fortnite.

Il est par ailleurs important de préciser que l’usage du Bitcoin pour le financement du terrorisme a été plusieurs fois remis en cause par de nombreuses autorités.

Source capital.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.