DANIEL WAGNER : Le Pentagone serait «trop CONFIANT dans ses protocoles de CYBERSECURITÉ»

Il suffirait d’une (1) heure tout au plus à un hacker pour entrer dans le système de défense du Pentagone et d’un jour seulement pour en prendre le contrôle, lit-on dans un rapport du Government Accountability Office (GAO). Daniel Wagner, directeur général de Country Risk Solutions, a commenté  la situation en matière de cybersécurité. En raison d’un manque d’attention à la cybersécurité des systèmes de défense, le Pentagone possède sans doute une génération entière de systèmes qui ont été conçus et fabriqués sans la considération nécessaire pour la sécurité informatique, ce qui expose les forces militaires américaines à des conséquences potentiellement dévastatrices, signale dans son rapport le Government Accountability Office (GAO).

C’est depuis 1997 que le GAO classe la cybersécurité parmi ses priorités et depuis lors ses rapports deviennent de plus en plus alarmants, et on ne peut que s’étonner que le Pentagone n’ait été qualifié de «vulnérable» qu’aussi tardivement, a déclaré le spécialiste américain de la cybersécurité Daniel Wagner, auteur du livre intitulé «Virtual Terror : 21st Century Cyber Warfare».

«Les mots de passe de certains systèmes sont inchangés depuis leur lancement dans les années 1970, alors que beaucoup des mots de passe utilisés se sont avérés trop simples pour les hackers», a-t- indiqué. Et de souligner que ce problème ne serait pas résolu, tant qu’il ne serait pas prioritaire. «Le Pentagone, tout comme d’autres ministères et même des États, serait trop confiant dans ses protocoles de cybersécurité.  Je dirais que le rapport du GAO est une véritable bénédiction et j’espère que les législateurs américains y prêteront la plus grande attention», a poursuivi l’interlocuteur, constatant que les problèmes de sécurité étaient négligés depuis des années.

Selon ce dernier, les problèmes découverts par le GAO pourraient prendre de nombreuses années avant d’être réglés et coûter extrêmement cher aux Américains puisque les systèmes vulnérables devront soit être remplacés, soit être revus de fond en comble. D’après le rapport du GAO, la quasi-totalité des systèmes informatiques liés à des armes et des systèmes de défense contrôlés par le Pentagone présente des vulnérabilités informatiques critiques.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.