mardi , octobre 16 2018
Accueil / A la une / DÉMARRAGE IMMINENT DE LA RÉHABILITATION DE LA ROUTE FATICK-KAOLACK PAR JEAN LEFEBVRE SÉNÉGAL : Bara Tall reprend la main

DÉMARRAGE IMMINENT DE LA RÉHABILITATION DE LA ROUTE FATICK-KAOLACK PAR JEAN LEFEBVRE SÉNÉGAL : Bara Tall reprend la main

[template id=”821″]

 

L’entreprise Jean Lefebvre a en charge le projet de reconstitution de la route Fatick-Kaolack. Cette voie avait été construite par Jls, mais l’Etat du Sénégal n’étant pas satisfait des réalisations, un long feuilleton judiciaire avait opposé les deux parties. Mais, selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, ce “contentieux a pris fin”, et Bara Tall, qui a en charge les travaux, va livrer le projet dans un délai de 14 mois. A compter de la date de démarrage des travaux.

 

Les travaux de réhabilitation de la route Fatick-Kaolack vont bientôt démarrer. Cet axe, long de plus de 40 km, est aujourd’hui impraticable. Du fait de son état défectueux, certains automobilistes n’hésitent pas à le contourner en passant par Gossas avant de rallier Fatick. Toutes ces difficultés seront bientôt un vieux souvenir pour les automobilistes, puisque le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan annonce le démarrage des travaux avant la fin de l’année 2014. La réhabilitation est même confiée à l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal, avait annoncé le ministre.

Pourtant, c’est la même entreprise, dirigée par l’entrepreneur sénégalais Bara Tall qui avait réalisé le premier tronçon livré en 2004 pour un montant de près de 10 milliards de F Cfa. Ces travaux n’avaient pas tenu longtemps. Ce qui avait poussé l’Etat du Sénégal à demander réparation à Jean Lefebvre parce que non satisfait du résultat final. Ainsi, les deux parties étaient entrées dans un bras de fer. Ce fut un long feuilleton judiciaire.

Le patron de Jean Lefebvre Sénégal avait toujours dégagé sa responsabilité sur la dégradation précoce de cette route. Il voyait en cette affaire une volonté du gouvernement du Sénégal, dirigé à l’époque par le président Me Abdoulaye Wade, de démanteler l’entreprise Jean Lefebvre. Dans un communiqué repris à l’époque, par le quotidien Wal fadjri, Jls expliquait “avoir attiré l’attention des autorités sur les risques de voir l’ouvrage se dégrader très rapidement si elle était construite selon les caractéristiques contenues dans le cahier des charges, avec le poids actuel du trafic”. Sans suite.

Dans ce feuilleton, la Chambre civile et commerciale de la Cour d’Appel de Dakar avait rendu, dans un premier temps, un délibéré condamnant le patron de Jean Lefebvre à réparer les malfaçons et les dégradations du tronçon sous astreinte de payer la somme de 20 millions de francs par jour à compter de la date de notification de l’arrêt”. Finalement, l’épilogue avait fini par une radiation prononcée par le juge sur cette affaire opposant Jean Lefebvre et Ageroute, suite au désistement de l’Etat.

Fin du contentieux avec l’Etat 

Aujourd’hui que la page Abdoulaye Wade est tournée, il semble que tout est rentré dans l’ordre. Selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, qui a été interrogé par certains parlementaires lors du vote du projet de budget de la première loi de finances rectificative de l’année 2014, ” il n’y a plus d’obstacle juridique quand au démarrage des travaux”. Le contentieux juridique avec l’entreprise de Btp Jean Lefebvre Sénégal a été vidé et Jls est chargée d’exécuter les travaux. Toutefois, le ministre de l’Economie reconnaît que l’entreprise dirigée par Bara Tall a des difficultés, mais l’Etat du Sénégal va l’accompagner, comme il le fait d’ailleurs avec toutes les entreprises, justifie M. Amadou Ba. 

Du côté de l’Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute), on confirme la déclaration du ministre de l’Economie. Selon la chargée de communication, contactée par EnQuête, “il n’y a plus de contentieux avec Bara Tall”. Awa Sarr de poursuivre : “l’annonce a été faite par le ministre de l’Economie, nous ne sommes que des exécutants, c’est pourquoi, nous ne sommes pas habilités à parler”. Toutefois, poursuit un autre interlocuteur, le dossier est toujours entre les mains du ministère de l’Economie et des Finances.

Mais dans quelles conditions Jean Lefebvre Sénégal a-t-il repris le dossier ? En tous les cas, l’ancien ministre des Infrastructures, des Transports et du Désenclavement, Thierno Alassane Sall, lors du vote du budget 2014 de son ministère, informait les députés que l’Etat du Sénégal avait engagé des discussions avec l’entreprise de Btp, Jean Lefebvre. Ces pourparlers, confiait Thierno Alassane Sall, ont abouti à un protocole d’accord qui pose un certain nombre de principes.

Source : Enquête

[template id=”821″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…