FACE AUX DIFFICULTÉS QUE RENCONTRENT LES CONSEILS DÉPARTEMENTAUX : Des élus proposent une fiscalité propre pour ces institutions

[template id=”821″]

 

L’association nationale des élus départementaux (Aned) a organisé, hier, un « Ndogou » presse. Occasion saisie par Maodo Malick Mbaye et ses camarades pour évoluer l’acte III de la décentralisation et poser sur la question des  finances départementales. Ces élus proposent une fiscalité propre aux conseils départementaux  afin que ces dernier puisent faire face à leurs nombreuses charges.

« On ne peut pas tout attendre de l’Etat. Il faut  commencer à réfléchir, ici et maintenant, sur les finances départementales. Il faut  aller  au-delà du fonds de dotation, avec des mécanismes de financement innovants, comme nous y a invités récemment  l Ong 3D. Il faut une fiscalité propre  au conseil départemental pour lui permettre de jouer le rôle qui doit être le sien », a déclaré  Maodo Malick Mbaye, président de l’association nationale  des élus départementaux(Aned). Et de renchérir : « unis, nous pouvons introduire des innovations dans tous les domaines : l’emploi, le développement économique locale, la réduction de la pauvreté entre autres ». Mbaye et compagnie réclame aussi un statut qui doit les protéger dans l’exercice de leur mission.

« Nous pensons, d’abord, parler du statut de l’élus locale.je ne parle pas de privilèges, je veux parler de responsabilités qui ne sont pas simplement politique, mais qui également juridique et parfois pénaux. L’élu local, sans être au dessus de la loi, doit être protégé dans l’exercice de ses fonctions. Et un statut clair participe à la démocratie locale », a soulignes le leader de conscience citoyenne «Gem sa bopp ».

Un livre blanc avec 100 propositions pour réparer les anomalies l’acte III

Pour sa part, le directeur exécutif de l’Ong 3D, partenaire des élus départementaux, a révélé les difficultés que travers les collectivités locales, avec les anomalies notes dans l’acte III. «Les collectivités locale sont fatigues, elle sont asphyxiées  par les charges qui leur sont transférées. Au niveau des collectivités locales, c’est-la dire es communes, elles dépensent plus d’argent  pour recouvrer. Cela veut dire que les taxes  qui sont octroyées aux  communes ne sont pas rentables. Il  y a des problèmes. L’acte III, il faut l’évaluer, il faut l’évaluer sans complaisance.  C’est des problèmes. Aussi bien que des communes, pour des villes. Donc, il faut poser les problèmes pour trouver les solutions », a dit Madiaye Cissé, directeur exécutif de l’Ong 3D.

Sur la question de l’acte 3 de la décentralisation, il relever que l’ Aned compte publier, dans les prochaines semaines, un livre blanc  sur la décentralisation, la démocratie locale, le développement locale  et la citoyenneté au Sénégal. «  Nous allons sortir un livre blanc avec 100 propositions. C’est pour nous  une manière de répondre, dés à présent, à l’appel du président de la République, pour des réflexions décloisonnées  sur l’acte III de la décentralisation,  sur la démocratie locale, sur l’avenir de notre système de décentration et sur les pratiques citoyennes. Une commission regroupant des élus, des activités locales, des membres de la société civile, des universitaires, des experts, sera installée, pour réfléchir sur des propositions de diverse nature », a précisé Maodo Malick Mbaye, président de l’Aned.

 

Source : Le Pop

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.