Formation des personnes à mobilité réduite à la chambre des métiers de Thiès

C’est déjà bien de parler de  « personnes à mobilité réduite » au lieu de « handicapés », mais c’est encore mieux de les affranchir de la mendicité humiliante.

L’ayant bien compris et pour y arriver, l’ancien formateur à l’ANAMO aujourd’hui émigré El hadji a organisé un atelier de 15 jours à la chambre des métiers de Thiès, pour mieux outiller cette frange de la société dans le sens de leur autonomisation.

Attitude hautement appréciée par les responsables de l’ANAMO et de la  chambre des métiers, mais une formation dont les bénéficiaires sont satisfaits parce que désormais décomplexés et optimistes quant à leur avenir.

Pour El hadji, le bonheur et la satisfaction ne sont pas seulement dans la réussite de l’organisation, ils sont dans le comportement des auditeurs durant l’activité, précisément dans leur ponctualité et leur régularité, mais aussi et surtout dans ce nouvel esprit qui leur fait dire  « Lago du pal » (le handicapé n’est pas un roi qui doit tout attendre des autres).A la fin de l’atelier, ils semblent tous avoir envie de faire plus et mieux, d’ôter de leurs têtes  leur handicap, encouragés par la promesse d’accompagnement de Siré Dia transmise par son représentant.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.