«GAZA, UNE JEUNESSE ESTROPIÉE» : Israël avait demandé D’ANNULER sa diffusion sur France 2

Gaza, une jeunesse estropiée | Trailer

Quel avenir pour ces jeunes Gazaouis amputés d'une jambe par des tirs de soldats israéliens lors d’une « marche du retour » ?🔴 Gaza, une jeunesse estropiée📺 Jeudi 21h00 sur @fFrance 2

Gepostet von Envoyé spécial am Mittwoch, 10. Oktober 2018

Dans une lettre adressée le 10 octobre à la chaîne France 2, l’ambassadrice d’Israël en France Aliza Bin Noun avait demandé l’annulation d’un sujet sur les blessés dans l’enclave palestinienne, en le décrivant comme «susceptible d’inciter à la haine à l’encontre d’Israël». La chaîne française France 2 a diffusé jeudi soir le reportage «Gaza, une jeunesse estropiée» sur les blessés dans l’enclave palestinienne. Le reportage avait été réalisé par les journalistes Yvan Martinet, Olivier Gardette et Mélanie Laporte à la frontière palestinienne avec Israël, et ils avaient à cette occasion rencontré de jeunes gazaouis, mineurs pour la plupart, amputés à la suite de tirs israéliens lors de la Marche du retour.

La bande-annonce de ce sujet, diffusée sur les réseaux sociaux, avait suscité la fureur de l’ambassadrice d’Israël en France, Aliza Bin Noun, car il présentait «un point de vue déséquilibré» et mettait Israël en avant «d’une manière très négative». Dans un courrier  adressé le 10 octobre à la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte, l’ambassadrice réclamait l’annulation de la diffusion du reportage, décrit comme «susceptible d’inciter à la haine à l’encontre d’Israël» et pouvant ainsi «avoir des répercussions directes, notamment physiques, sur les Français de confession juive». La diplomate mettait également en cause un «amalgame fréquent entre Juifs et Israël et faisant que la critique d’Israël conduit bien souvent à une alimentation de l’antisémitisme».

Delphine Ernotte n’a pas commenté les demandes faites du côté israélien, mais le sujet est sorti comme prévu. Le reportage en question montre des Palestiniens venus à la frontière pour manifester contre l’État israélien. Parmi eux, des familles avec des enfants, une majorité d’adolescents non armés, certains équipés de pinces pour couper les barbelés, de lance-pierres ou de cerfs-volants enflammés. De l’autre côté, l’armée israélienne est filmée tirant à balles réelles sur les manifestants s’approchant de la clôture.Des milliers d’habitants de l’enclave palestinienne se rassemblent tous les vendredis depuis mars près de la frontière séparant Israël et les territoires palestiniens, dans le cadre de la Grande marche du retour. Ils protestent contre le blocus imposé depuis plus de dix (10) ans par l’État hébreu. Environ 150 Palestiniens et un soldat israélien ont été tués depuis le début des actions de protestation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.