mardi , septembre 25 2018
Accueil / Internationale / GESTION PUBLIQUE : A Indaba, en Afrique du Sud, on DISCUTE de l’avenir du secteur MINIER sur le continent africain

GESTION PUBLIQUE : A Indaba, en Afrique du Sud, on DISCUTE de l’avenir du secteur MINIER sur le continent africain

[template id=”821″]

 

Près de 7000 personnes de 110 pays ont fait le déplacement d’Indaba en Afrique du sud, où se déroule un forum minier international, dans un contexte marqué par la baisse des cours des métaux et des mines solides, à un moment où les gouvernements du continent africain procèdent à des révisions de leurs codes miniers, pour percevoir plus de revenus du secteur. Pour les délégués africains présents à l’événement, l’enjeu est de taille. Il s’agit de cerner au maximum les contours de la réalité minière et les adapter à leurs nouvelles attentes. La malédiction des richesses du sous-sol semble se poursuivre sur le continent et pourrait, de l’avis de certains observateurs, prendre une autre ampleur aujourd’hui, avec la baisse de la demande mondiale, et sa principale conséquence, le retrait des investisseurs étrangers, moteurs de la croissance dans certaines parties du continent.

Même si elle reste positive sur les perspectives à court terme, la filiale sud-africaine de l’opérateur Arcellor Mittal a annoncé des pertes pour la quatrième année consécutive. Lonmin, Anglo American, tous ou presque annoncent des avertissements ou des pertes effectives, alors que de nombreux gouvernements africains souhaitent lever plus de taxes. En Zambie, Konkola Copper Mines a déjà fait savoir que si le gouvernement ne revenait pas sur sa décision de multiplier par trois certaines taxes, cela risquerait de plomber ses performances opérationnelles. Au regard de la chute de 23% du cours du cuivre depuis début 2013, et des hausses d’impôts, sa maison mère, la multinationale minière Vedanda Resources, a déjà annoncé une révision de ses activités dans le pays. Or, le cuivre représente près de 70% des revenus d’exportation de la Zambie. Une voie de sortie semble résider pour les Africains dans la transformation de leurs ressources. Mais là aussi, d’autres défis ne vont pas manquer, comme la question de l’énergie, des financements, des compétences et de l’efficience des dirigeants politiques dans certaines zones. Les actes de la rencontre d’Indaba seront très attendus des acteurs du secteur.

thiesinfo.com avec Agence Ecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…