samedi , septembre 22 2018
Accueil / A la une / Le maouloud célébre demain : Forte affluence des pèlerins à Tivaouane

Le maouloud célébre demain : Forte affluence des pèlerins à Tivaouane

[template id=”821″]

La ville de Tivaouane est déjà plongée dans l’effervescence du Maouloud. Depuis hier matin et peut-être bien avant, la circulation n’était pas fluide aussi bien à l’entrée comme à la sortie. Des femmes, des hommes et des jeunes rallient la cité à bord de voitures particulières, de cars « Ndiaga Ndiaye » et  de bus. Des flux de fidèles déferlaient jusqu’à hier, dans la soirée, sur la cité religieuse, où devait être clôturé le « Bourd ».

A l’entrée de Tivaouane en venant de Thiès, les automobilistes lèvent le pied sur l’accélérateur. Ils n’ont pas le choix. Des files de voitures s’étirent sur plusieurs kilomètres. Des voitures de transport en commun virent à droit. Ils font cap vers le garage. Ici, des fidèles descendent des bus, des cars « Ndiaya Ndiaye » et des taxis sept places. Des hommes, des femmes et des plus jeunes, sacs en bandoulière, sortent de l’étreinte fumante du garage.
Les vendeuses de friandises hèlent les fidèles. « Venez emporter des cadeaux », entonnent deux filles. A la sortie de la station Total, à droite, Ibrahima Diémé a un turban enroulé autour du cou. Il a traversé plusieurs régions pour venir assister au Maouloud. « Je suis originaire de Kafountine. C’est ici que j’ai appris le Coran auprès de grands hommes religieux, il y a de cela plusieurs décennies. Chaque année, nous venons avec notre « dahira », raconte Ibrahima Diémé. Il est visiblement émoussé. Il ne se laisse pas abattre par la fatigue.
La célébration du Maouloud mérite tous les sacrifices. Une foule de femmes sont devant la station Total où se trouvent des charretiers. Le voyage n’est pas encore terminé. Il est difficile de se frayer un passage à cet endroit. Des conducteurs de « Jakarka », des cars « Ndiaga Ndiaye » et des bus s’impatientent. Un concert de klaxons retentit ; des fumées s’élèvent. Le lieu fourmille de gens. Une vieille dame d’environ 70 ans s’éloigne  et prend place auprès d’une boutique peinte à la couleur d’un opérateur de téléphonie. La voix presque rauque et inaudible, elle laisse son petit-fils négocier le tarif de transport auprès d’un charretier. « Diouma Dji », « Monument », crient les charretiers à un rythme presque régulier. « Ce n’est pas la première fois que je viens au Maouloud. Tant que j’aurais de la force, j’y viendrais. Cela nous permet d’apprendre tous les jours et de voir nos guides. Il nous reste à travailler pour avoir des récompenses à l’au-delà  », confesse la vieille dame.

Enseignements des guides religieux
Des flux de fidèles continuent de sortir du garage à pied ou par taxi pour rejoindre leur lieu d’hébergement. Les femmes accompagnées de leurs enfants ont plus de sacs et d’autres bagages à la main. Tous veulent apprendre davantage des enseignements des guides religieux et de l’Islam, de manière générale. « Je suis ici afin de travailler pour les marabouts et aussi pour célébrer et magnifier l’œuvre de nos guides religieux. Ce voyage est une sorte de pèlerinage pour nous les Tidianes »,  s’exprime Papa Diouf qui vient de Thiès.
L’artère principale est plongée dans les embouteillages, du siège du Conseil département à la préfecture. Des calèches à la file indienne forment une procession. A travers les ruelles, après les rails, on peut voir des hôtes. Ils se dirigent vers leur lieu d’hébergement. Les flux de fidèles déferlent sur la cité sainte au fur et à mesure que l’on se rapproche de 14 heures.  L’événement religieux attire de plus en plus de fidèles.  « Je constate que les personnes continuent de venir de partout au fil des années pour célébrer ses œuvres et aussi apprendre davantage de l’Islam », insiste Ababacar Guèye, un des membres de la Commission d’organisation au service du Khalife Ababacar Sy (Coskas) croisé à la grande mosquée. Au marché, et non loin de la mosquée, la circulation est réglementée. Toutes les voies ne sont pas ouvertes à toutes voitures. Les hôtes marchent à pied aux abords de l’esplanade de la mosquée. L’affluence prend une autre dimension dans la soirée.

Le Gamou, rayonnement de la Tidjania
Des pionniers peu nombreux au début autour de la grande figure religieuse qu’était El hadji Malick Sy, aux centaines de milliers de fidèles qui rallient de nos jours la ville sainte, la célébration du Maouloud à Tivaouane a connu plusieurs mutations.
A l’ère de la mondialisation, le comité d’organisation du Gamou de Tivaouane n’a pas lésiné sur les moyens pour moderniser la manifestation avec une communication pointue qui permet aux fidèles, à travers toute la planète, de suivre l’évènement en temps réel. La commémoration du Maouloud qui marque l’anniversaire de la naissance du Prophète Mahomed (Psl) est la plus importante date de l’agenda de la Tidjania.
Selon El hadji Mass Lô, président d’une cellule Tidjane (dahira), Seydi El hadji Malick Sy avait fait du Maouloud son centre d’intérêt principal. Au départ, a-t-il soutenu, « la manifestation se limitait à la traditionnelle veillée religieuse qu’il animait avec ses compagnons et autres “Moukhadams” disséminés dans divers endroits du Sénégal et qui le rejoignaient à cette occasion ».  Seydi Elhadji Malick Sy a œuvré toute sa vie durant pour la vulgarisation du message prophétique. D’où la réputation du « daara » de Tivaouane qui, sous sa houlette, a formé d’éminents exégètes du Coran qui ont contribué au rayonnement de la Tidjania au Sénégal et dans le monde. De nos jours, avec l’avènement de la jeunesse Tidjane qui a pris le relais dans l’organisation de l’évènement religieux, on observe avec bonheur sa modernisation.
Outre les conférences sur des thèmes d’actualité animés par d’éminents spécialistes, le spectacle sons et lumières (version sacrée) font partie des activités connexes qui ont fini d’enrichir le programme du Maouloud.

PREVENTION DU VIRUS EBOLA : 20.000 gels antibactériens en appui
Avec la menace de la maladie à virus Ebola, la Sonatel a remis 20.000 gels antibactériens au comité d’organisation pour appuyer les stratégies de prévention mises en place par les autorités sanitaires en vu d’encourager le nettoyage des mains. D’autres commodités telles que les lave-mains, les bassines à eau, les nattes sont également offertes par Sonatel pour contribuer à la bonne prise en charge des pèlerins. Il s’y ajoute, au plan social, la distribution de 65.000 bouteilles d’eau dans les sites d’accueil des pèlerins. Tout comme l’action dénommée « Berndel Ak Orange » associée aux activités d’assainissement, l’innovation de taille cette année est la distribution de repas aux acteurs sur le terrain à la veille du Gamou.

La Sonatel renforce son réseau mobile
Pour les besoins du Gamou 2015, la Sonatel n’a pas lésiné sur les moyens techniques pour permettre un bon déroulement de cette prestigieuse manifestation religieuse commémorant l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohamed (Psl). Le dispositif technique mis en place pour cette 113ème édition du Gamou verra ainsi la capacité du réseau mobile augmentée, que ce soit à Tivaouane ou à Kaolack qui accueillent l’essentiel des pèlerins, comme nous l’a indiqué, avant-hier, le directeur de ventes de la Sonatel, Mamadou Ibrahima Traoré, au cours d’un point de presse.

MAME OUSMANE SAMB, PRESIDENT DU COMITE D’ORGANISATION DU GAMOU : « Tout est fin prêt pour un bon déroulement du Maouloud »
Le Gamou 2015 marquant la commémoration de l’anniversaire de la naissance du Prophète Mohamed (Psl) sera célébré demain à Tivaouane, une cité religieuse considérée comme la capitale de la confrérie des Tidianes au Sénégal. Selon le président du comité d’organisation, Mame Ousmane Samb, « tout est fin prêt pour un bon déroulement de la manifestation religieuse ».
Rencontré hier en fin de matinée, le président du Coskas qui s’affairait autour des derniers réglages des préparatifs liés à l’organisation a indiqué que toutes les dispositions ont été prises sur toutes les questions y afférentes. « Une satisfaction que nous saluons à sa juste mesure à travers surtout la convergence de vue qui a prévalu entre tous les partenaires stratégiques sur les besoins qui ont été exprimés. Un seul point, le manque de bâches, restait à être satisfait à la dernière réunion d’évaluation présidée mardi par le ministre de l’Intérieur, en présence du porte-parole Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine », a confié M. Samb.
«Le plan d’actions que nous avions établi pour la préparation du Mawlid a été bien respecté ; et les différentes rencontres d’échanges et de partage ont été tenues aussi bien au Cdd et Crd qu’au ministère de l’Intérieur et sanctionnées par la dernière étape de Tivaouane », a affirmé le président du comité d’organisation Coskas. Ce qui, selon Mame Ousmane Samb, a permis d’évaluer, au fur et à mesure, l’exécution des engagements pris par les différentes parties impliquées dans l’organisation d’une telle manifestation religieuse qui nécessite un accompagnement pour le comité d’organisation. « Donc, nous rendons grâce à Dieu de nous avoir permis de dérouler, jusqu’à présent et sans difficulté, nos activités préparatoires», a-t-il dit.
Pour l’édition 2015, souligne Mame Ousmane Samb, « certaines innovations seront apportées suivant la recommandation de Cheikh Seydi Hadji Malick pour célébrer le Mawlid et qui nous confine plus à une logique de veille qu’à une dynamique d’innovation. Car, il s’agit véritablement d’un creuset spirituel, religieux et socioculturel centré sur la personnalité du Prophète Mohamed (Psl) comme référence, modèle accompli et produit fini en matière d’élégance morale et de citoyenneté inter-universelle ».
Il s’agit également d’un évènement dont le format a été défini et exécuté par Maodo, organisé et amplifié par le Khalife, Seydi Aboubacar et ses frères, particulièrement par Mame El Hadji Abdou Dabbah et ses fils, lequel creuset est aujourd’hui sous l’autorité de Seydi Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum. Un chemin tracé depuis, qui ne demande qu’à être emprunté et davantage balisé pour les générations futures.

De nos envoyés spéciaux Mohamadou SAGNE, Idrissa SANE et Babacar DRAME (textes) et Mbacké BA (photos)

Les facilités accordées par la Direction des Transports
A l’occasion du Gamou de Tivaouane 2015, prévu ce samedi 3 janvier, les véhicules sénégalais de transport public et privé de personnes, ayant une police d’assurance et un certificat d’aptitude à la visite technique en cour de validité, sont autorités à circuler librement sur les itinéraires aboutissant à Tivaouane et autres durant la période du 26 décembre au 09 janvier 2015 inclus. Les autres véhicules utilisés occasionnellement pour le transport des pèlerins peuvent bénéficier d’autorisation exceptionnelles de supplément de places délivrées par les Divisions Régionales des Transports Terrestres, après avoir satisfait aux dispositions suivantes : aménagement adéquat pour le transport de personnes; certificat d’aptitude à la visite technique en cours de avidité; attestation d’assurance couvrant les personnes transportées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…