Le Pentagone MENACE Ankara de «graves conséquences» pour l’achat des S-400

Ankara fera face à une aggravation de ses relations militaires avec les États-Unis en cas d’achat de systèmes de missiles sol-air russes S-400, a menacé le Pentagone. Entre temps, Erdogan a annoncé que la transaction sur les S-400 était terminée. Le porte-parole du Pentagone Charles Summers a déclaré que si la Turquie achetait les systèmes de missiles sol-air russes S-400, elle devrait s’attendre à de «graves conséquences», relate le quotidien The Hill.

Selon le porte-parole, Ankara fera notamment face à une sérieuse aggravation de ses relations militaires avec les États-Unis. «Si la Turquie achète les S-400, elle n’aura pas les chasseurs F-35 et les systèmes de missiles sol-air Patriot», a déclaré le responsable du ministère américain de la Défense. Le contrat sur la livraison à la Turquie des S-400 russes, conclu en 2017, est devenu la raison de tensions diplomatiques entre Ankara et Washington, ce dernier exigeant de son allié turc de renoncer aux S-400 russes au profit des Patriot américains. Ankara a pris dans ce domaine une position ferme en n’entendant pas renoncer aux S-400, même si elle achetait parallèlement les Patriot américains. Les autorités turques estimaient qu’il n’y avait aucun lien entre les deux.

Cette semaine, Recep Tayyip Erdogan a souligné que la transaction sur les S-400 était terminée et qu’il n’était pas question de faire marche arrière. Qui plus est, le chef d’État turc a également admis la possibilité d’un achat de systèmes de missiles sol-air russes S-500. Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d’euros) pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Récemment, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 sur son territoire en octobre 2019.



Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.