Le SECRET du «téléphone ROUGE»

Ce 30 août marque le 55e anniversaire de la mise en place de la ligne de communication directe entre les États-Unis et l’Union soviétique, appelée à empêcher les éventuels conflits armés ainsi qu’à servir de canal d’échange de points de vue dans les situations d’urgence. Pendant la guerre froide, la ligne de communication directe entre Washington et Moscou était l’un des instruments de maintien de la paix.

«La crise de Cuba a mis en évidence la nécessité de moyens techniques de communication fiables entre Moscou et Washington», écrivait l’ambassadeur de l’URSS aux USA Anatoli Dobrynine au sujet de l’établissement d’une ligne directe entre le Kremlin et la Maison-Blanche. Le diplomate se souvient que la proposition d’établir une ligne de communication directe entre les deux pays est venue des USA. Sa création a été actée pendant les négociations de juin 1963 à Genève.

Le département d’État américain souligne que l’URSS a été le premier pays à proposer de créer des mécanismes de protection contre une attaque nucléaire. Les deux pays ont mis en place cette ligne directe à cause de la profonde crise des missiles de Cuba, pendant laquelle les deux puissances nucléaires s’étaient littéralement arrêtées à un pas de la guerre nucléaire.Cette guerre a pu être évitée grâce à la diplomatie, et à la lettre de Nikita Khrouchtchev qui proposait au Président américain John Kennedy d’arriver à un compromis. Le conflit a été réglé en 13 jours, mais cela aurait probablement demandé moins de temps si les dirigeants des deux États avaient disposé d’une ligne directe. Comme le fait remarquer Iouri Rogoulev, directeur de la fondation d’études des USA Franklin Roosevelt, l’établissement de cette liaison était «un événement historique».

Le contact était établi de la manière suivante. John Kennedy transmettait son message au Pentagone, où il était crypté et transmis sous cette forme au Kremlin par le canal de liaison. Le transfert par télétype demandait quelques minutes, et pour l’époque cette technologie était révolutionnaire. Contrairement à un appel téléphonique, un tel message était bien plus facile à protéger.

Dans les films sur la guerre froide, la ligne de communication entre l’URSS et les USA est souvent représentée sous la forme de téléphones rouges, mais en réalité il n’y avait aucun téléphone. Le contact à haute voix était exclu. Hormis la ligne directe, un canal de radiotélégraphie 24h/24 Moscou-Washington a été établi pour la coordination technique. L’ouverture d’un canal direct entre les deux pays a été perçue avec enthousiasme dans les capitales européennes, et le journal britannique The Guardian y a même consacré un éditorial.

La ligne secrète a prouvé plusieurs fois son efficacité et sa fiabilité : en 1967, le Président américain Lyndon Johnson l’a utilisée pour informer le Premier ministre soviétique Alexeï Kossyguine qu’il comptait envoyer des avions américains au Proche-Orient pendant la guerre des Six (6) jours entre Israël et les pays arabes. La ligne directe a été également utilisée pendant les opérations en Afghanistan et pour évoquer la situation en Pologne pendant l’état de siège. En dépit des différents moyens de communication dont disposent les Présidents des deux pays aujourd’hui, la ligne directe fonctionne encore — mais il s’agit d’un système informatique utilisé comme une service de tchat ou de messagerie électronique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.