Le site Marketwatch explique comment DÉCOUVRIR si votre compte Facebook a été PIRATÉ

Face aux failles en série de Facebook, plusieurs réflexes s’imposent pour comprendre si votre page Facebook a été piratée. Le site d’information financière Marketwatch a révélé un signe permettant de le découvrir. Le portail affirme que si un utilisateur constate que Facebook s’est déconnecté de son compte et demande de réinsérer un nom d’utilisateur et un mot de passe, il est fort probable que le compte a été piraté.

Ces derniers jours, des ingénieurs de Facebook ont découvert une importante faille de sécurité chez environ 50 millions de comptes de ses utilisateurs, indique un communiqué publié par le réseau social. Toujours selon Facebook, les hackers auraient apparemment été en mesure de récupérer les soi-disant «jetons d’accès», c’est-à-dire des clés numériques permettant aux utilisateurs de rester connectés à Facebook sans avoir à ressaisir leur mot de passe à chaque fois qu’ils souhaitent se rendre sur leur page personnelle.Bien que la vulnérabilité ait déjà été corrigée, Facebook a dû par précaution désactiver temporairement la fonctionnalité «View As» et a réinitialisé les mots de passe d’un certain nombre de comptes. Résultat, 90 millions de personnes ont dû se reconnecter pour continuer leur navigation. Il reste encore à évaluer si les comptes concernés «ont été utilisés à mauvais escient» par les hackers. Il apparaît cependant que les mots de passe n’ont pas été compromis.

La carte montre des marques rouges sur des objets que les autorités avaient précédemment tenté de garder secrets, y compris une installation devant servir de siège du gouvernement en temps de guerre. Plusieurs installations du service de renseignement sont également renseignées avec des coordonnées exactes.Alors que l’idée de cette divulgation était de mettre en évidence les zones où la navigation par drone était interdite, elle a déclenché des protestations de la part de certains experts, qui ont suggéré que cette décision compromettait la sécurité nationale de la Norvège.

«Même une recherche rapide permet de retrouver des objets choisis. Cela est désastreux quand il s’agit de la sécurité opérationnelle. Je ne peux presque pas croire qu’ils l’aient vraiment fait», a déclaré le commandant Svein Jarle Jacobsen, cité par le portail Aldri Mer.

«Je pense que c’est très problématique et que cette carte n’aurait jamais dû être publiée», a déclaré Stale Ulriksen, chercheur à l’Académie maritime norvégienne, sur la radio nationale NRK.

«Je comprends qu’il est important d’interdire les drones, mais il me semble que cela a fourni un outil de renseignement très agréable et pratique pour ceux qui veulent infliger des dommages à la Norvège», a-t-il ajouté.Ulriksen a expliqué que la carte contenait de nombreuses informations sensibles, ce qui permettrait d’épargner beaucoup de travail aux services de renseignement étrangers. En faisant simplement un zoom avant et en le comparant avec des photos aériennes du lieu, on peut obtenir beaucoup d’informations utiles, a-t-il souligné.

«Cela donne aux gens l’occasion de se rendre dans ces régions et d’en apprendre davantage sur elles. Ils seront probablement également examinés par des satellites», a déclaré à la NRK l’ancien chef du service de renseignement E14, Ola Kaldager.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.