«L’Iran est au bord d’une CONFRONTATION avec son ennemi», selon le commandant»

Le commandant en chef du corps des Gardiens de la révolution islamique, Hossein Salami, a affirmé que l’Iran était au bord d’une «confrontation avec son ennemi», alors que Donald Trump s’est dit certain que Téhéran souhaiterait «bientôt parler», cité par l’agence iranienne Fars News. «Ce moment de l’Histoire est le plus décisif de la révolution islamique parce que notre ennemi est entré dans le champ de la confrontation avec tous les moyens possibles», a indiqué le général.

La déclaration du commandant des GRI intervient après que le département d’État américain a demandé à son personnel diplomatique non-essentiel de quitter l’Irak, se référant à des informations de services secrets sur une menace «imminente» que fait peser l’Iran sur son voisin. Dans le même temps, l’Allemagne et les Pays-Bas, deux alliés des Etats-Unis, ont suspendu leurs programmes d’entraînement des troupes irakiennes face à la montée des tensions dans la région. Le Président Trump s’est dit sûr ce mercredi que Téhéran voudrait «bientôt parler» avec Washington, tout en démentant toute «querelle interne» au sein de son administration au sujet de sa «politique de fermeté au Moyen-Orient». «Il n’y a pas de conflit interne. Différentes opinions sont exprimées et je prends une décision finale — le processus est très simple. Je suis certain que l’Iran voudra bientôt parler», a-t-il notamment écrit sur Twitter.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.