jeudi , septembre 20 2018
Accueil / Mbour / MALICOUNDA (MBOUR): LE SALTIGUE KOROMAK FAYE S’IMPLIQUE

MALICOUNDA (MBOUR): LE SALTIGUE KOROMAK FAYE S’IMPLIQUE

[template id=”821″]
Les villages de la contrée de Sarrène, dans la commune de Malicounda (Département de Mbour), ont reçu plusieurs tonnes de riz, un don du saltigué Koromak Faye dans le cadre de la solidarité communautaire. Diverses doléances et difficultés des villageois ont été exprimées au cours de la cérémonie de remise de don.
Les heureux bénéficiaires, venus particulièrement des villages de Guedj et Pointe-Sarrène, ont profité de la rencontre avec la presse pour dire toute leur satisfaction par rapport à l’assistance et le soutien, après un hivernage qui n’a pas répondu totalement aux attentes. El Hadji Dieng, le porte-parole des habitants de ces deux villages a accordé une grande attention au social dans leurs localités.
A côté de Pointe-Sarrène secoué par le problème foncier, avec le processus de mise en route de la nouvelle station balnéaire, Guedj manque de tout. Les ressortissants de ce village ont fait part de leurs attentes: la seule route reliant Guedj à la départementale (Mbour-Joal) est dans un piteux état. La localité souffre d’un accès à l’eau potable. Les (eaux des) rares puits qu’on y trouve restent saumâtres. Sur le plan sanitaire, Guedj est malade. Le poste de santé qui le polarise est difficile d’accès.
Leur porte parole fait part de l’absence d’école primaire, une situation qui est préjudiciable aux enfants en âge de scolarisation. L’autre question épineuse de Guedj est le vol de bétail. Quant aux femmes, elles veulent un accès au financement et un allègement des travaux ménagers. Leur désir principal est de disposer de moulins pour la transformation des céréales. Des financements sont aussi réclamés pour cultiver des espaces maraîchers communautaires.
L’autre village, Pointe-Sarrène, souffre également de la politique de spoliation des terres pour intérêt public le long du littoral. Selon El Hadji Dieng, le porte-parole de la contrée de Sarrène, l’absence de concertation envenime les rapports car ni la Sapco, ni l’Etat n’ont pris langue avec eux. Suffisant pour qu’ils prônent la tenue d’un forum communautaire pour discuter des indemnisations et des orientations de la future station balnéaire de Pointe-Sarrène dans une zone agro-pastorale.
source sudonline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…