MICRO TROTTOIR AU MARCHE CENTRAL

THIES: MARCHANDS AMBULANTS ET VENDEUSES DE POISSONS DU MARCHE CENTRAL DE THIES RÉCLAMENT UN NOUVEAU MARCHE

Depuis quelques temps, le maire de la commune de la zone nord met la pression sur les marchands à la sauvette, les tabliers, irrégulièrement installés sur la chaussée ou à cheval sur la voie ferrée. Ces derniers, insouciants , mènent leur petit commerce entre les tas d’immondices, et l’insalubrité.

Dans cet espace  réduit où virevoltent des nuées de mouches , les acteurs sont toujours sur le qui-vive. Entre deux marchandages , ils  évitent  de justesse  la  charge d’une charrette  les roues d’un véhicule ou celles du train, transportant des minerais vers Taiba. Ils profitent d’une relative accalmie , malgré la paie de la taxe journalière pour héler d’éventuels clients en se faufilant entre les bus.

Au milieu des tas d’immondices , des étals de poissons sous  le chaud,  le soleil ,  Khady , une jeune vendeuse , le foulard bien noué sur la tête, exprime son ras le bol pour  ces  courses-poursuite, tracasseries  policières à longueur de journée ” Nous n’avons pas le choix, ni le droit d’empiéter la voie publique, parce que c’est trop  risqué . L’idéal pour mettre fin à cette situation, serait de trouver un marché digne de ce nom pour les vendeurs de poissons, de légumes et  de cosmétiques.” un autre vendeur, qui parlait au nom de ses pairs en appelle à la mansuétude , à la compréhension des autorités gouvernementales et communales à leur trouver un marché central.” Pour tous ces braves gens , la raison de cette ruée du marché dès les premières lueurs de l’aube jusqu’au crépuscule est d’ordre social pour ces mères de famille qui cherchent à faire ronronner  la marmite pour leur progéniture…  

Quelques minutes plus tard, le  coup de sifflet strident  de l’agent municipal met fin à la récréation, remettant tout en cause; alors fusent les ordres  de libérer  la voie publique . Gare aux contrevenants récidivistes ou aux récalcitrants : les produits seront purement saisis, mis en fourrière”. Entre les autorités communales et les responsables du marché central , les négociations pour trouver un site convenant sont toujours dans l’expectative.

Les marchands à qui on demande d’intégrer le marché central , le trouvent  trop exigu pour tout ce que la périphérie compte comme  prétendants.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.