Mondial-2018 : L’Échec de l’Afrique, «c’est une cabale organisée»

L’ancien coach de Casa Sports et de la sélection locale Demba Ramata Ndiaye n’y va pas par quatre chemins : pour lui les équipes africaines au Mondial ont été victimes d’une «cabale organisée». Le technicien s’est aussi penché sur le jeu des Lions et la prestation de quelques individualités.

Penalty ou pas penalty ?

«C’est une cabale organisée contre les équipes africaines. Une attaque par derrière, c’est une faute. C’est honteux. D’ailleurs, il y a les grands footballeurs africains comme Yaya Touré, Roger Milla qui commencent à élever la voix pour dire que l’Afrique doit boycotter la Coupe du monde. On l’a fait au Sénégal, on l’a fait au Nigeria, on l’a fait au Maroc. Le règlement est clair : une attaque par derrière, c’est une faute et quelle que soit la suite, c’est une faute. Surtout quand le joueur est déséquilibré. Le second carton jaune du défenseur allemand Jérôme Boateng, synonyme d’exclusion, c’est la même chose. Là, c’est un pénalty plus un carton rouge. Pourquoi l’arbitre ne l’a pas fait ? Finalement, en conclusion, on dira que c’est le football business, les Colombiens sont plus nombreux là-bas. Ils remplissent les stades, ils remplissent les hôtels. Où est l’éthique ? Maintenant ils n’ont qu’à dire que les équipes qui ont plus de budget n’ont qu’à aller au Mondial. C’est terminé, pas de compétition de football.

L’erreur de Aliou Cissé

«Sur le plan tactique, il n’y pas eu de problème. C’est que nous africains, on n’agit pas mais on réagit. On a agi jusqu’à un moment donné, on leur a donné le ballon. Quand on a pris le but, on est sorti pour jouer à 200 à l’heure. Non, il faut agir. Notre défaut majeur c’est la concentration. Un manque d’expérience criard de notre banc. Quand tu dois faire un changement sur corner contre toi, là, il faut le différer ou dire à un avant-centre de venir jouer en défense et celui qui entre va jouer comme avant-centre. Mais si c’est le joueur qui doit venir de la touche qui doit équilibrer, dès qu’il entre, les gens jouent. On n’attend pas. Ça c’est une erreur criarde du banc sénégalais, personne n’a demandé qu’on diffère le changement. Ça c’est intolérable. C’est la seule erreur qu’Aliou a commise. Si jamais l’arbitre avait accordé ce pénalty, la Colombie allait prendre une fessée. Il n’y a rien d’autre, c’est un fait de match qui a tout perturbé.

Le rendement de Sadio Mané

«Ceux qui parlent du rendement de Sadio Mané, ils ne font pas attention à une chose. Ils ne savent pas ce qui se passe en Angleterre. Tous les joueurs africains qui jouent en Premier League, en fin de saison, ils sont lessivés. C’est du citron qui n’a pas de jus. En Angleterre, il n’y a pas de trêve du 15 décembre au 15 janvier. C’est pourquoi l’équipe d’Angleterre a toujours des problèmes, que ce soit au mondial ou à l’euro. Ils sont déchiquetés. Yaya Touré, Drogba, Eto’o, sont tous passés par là. Une dépense d’énergie mortelle, qu’il pleuve ou qu’il neige, ils jouent. Arrivés au mois de juin, c’est foutu. Ce n’est pas possible d’avoir un Sadio Mané à 200%.

La presse, coupable

«La presse sème la confusion. Elle nous a tympanisés : ‘Où est Diao Baldé Keïta ?’. On l’a emmené, qu’a-t-il fait ? Il n’a fait aucun centre. Qu’est-ce qu’il nous a apporté ? Rien. On l’a vu dans les matches amicaux. Quand vous allez en Coupe du monde, c’est pour une longue durée. Il joue des minutes infimes Monaco. Il vient souvent en joker. Vous savez pourquoi en 2002 on a fait un bon championnat ? Tous les joueurs, même ceux qui jouaient en deuxième division, jouaient 90 minutes dans leurs clubs. Arrêtez de dire il faut prendre tel ou tel.

L’erreur de Gana, l’absence de Kara

«Vous savez, il y a des erreurs criards de positionnement. Gana Guèye était sur le poteau. Il l’avait pris. Quand en défendant tu prends le poteau, le poteau te prends à son tour. Tu ne réagis jamais. Çà, il faut que les joueurs le sachent. Aucun défenseur au monde ne prend le poteau, le ballon arrive et il réagit, non. Tu te mets à côté du poteau, mais tu ne le prends pas. Quand le ballon est arrivé, Khadim pensait que Gana allait réagir, il ne l’a pas fait. Si tu vois la plongée de Khadim Ndiaye, c’est vers l’intérieur. De sa position à côté du poteau, Gana était plus proche de l’action que Khadim qui était au milieu des buts. Ça aussi c’est de l’inexpérience criarde du banc sénégalais. L’autre problématique, c’est que Kara nous a manqués dans notre axe. S’il était là, on n’aurait pas pris trois buts. Toutes les balles aériennes, si sa dépasse Coulibaly, Kara réagi, et vice-versa.»

 

 

Seneweb

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.