mercredi , septembre 19 2018
Accueil / Dépêches / MORT DE DAME KA DANS LES LOCAUX DE LA POLICE

MORT DE DAME KA DANS LES LOCAUX DE LA POLICE

[template id=”821″]

Sa famille menace de battre le pavé pour vilipender les limiers.

Les populations de la cité ouvrière de Thiès avaient décidé d’organiser une marche pour soutenir la police, dans le cadre de l’affaire Dame Ka. Mécontents de cette annonce, les parents de ce dernier ont menacé hier d’organiser à leur tour une contre manifestation pour dénoncer les policiers.

15 jours après sa mort, le corps de Dame Ka est toujours à la morgue du centre hospitalier régional El hadji Amadou Sakhir Ndiéguéne de Thiès. Et dans la capitale du Rail, l’affaire continue de faire du bruit. En effet, les parents de Dame Ka, en l’occurrence son oncle Mamadou Bâ et son père Simbine Kà, ont apporté hier la réplique aux populations de la cité ouvriére qui ont récemment exprimé leur volonté d’organiser une marche pour soutenir la police. Pour Mamadou Bâ, “Dame Kà a été arrêté en plein jour dans la maison et battu devant ses enfants, sa femme et ses beaux-parents, mercredi vers 14heures et le lendemain, on nous a annoncé sa mort. C’est sous les yeux de ses deux enfants dans la malle arrière du véhicule, avec son frère Ousseynou  Ka. Jusqu’à présent, ses enfants ne peuvent pas aller à l’école car ils sont encore terrorisés par cette scène qui  les hantes. Nous ne pouvons qu’accuser la police qui l’a battu devant nous. Des gens menacent de battre le pavé pour soutenir cette même police, mais si leur démarche aboutit, nous allons à notre tour organiser une contre manifestation pour dénoncer. ” Simbine Kà, le père de Dame Kà, pense que les gens doivent rester sereins et laisser la justice faire son travail”. Mon fils n’est ni voleur ni un bandit. Il n’avait aucune relation avec la bande qui a été arrêtée. C’est donc désolant d’entendre chaque fois des gens le mêler à cette affaire de bande de malfrats. Ils sont allés jusqu’à faire un mauvais procès à Me Assane Dioma Ndiaye, l’avocat commis par la famille, en tentant de jeter le discrédit sur lui”, déplore le père de la victime. S’agissant du corps De Dame Ka qui est toujours à la morgue de l’hôpital -15 jours après lés événements) , Simbini Kà affirme que la famille est allé pour le récupère mais c’est le Procureur qui lui demande d’attendre encore.

Rappelons que dans la nuit du 2 au 3 février dernier, la fameuse bande de malfrats a été alpagué par les éléments de la brigade de recherche du commissariat central de Thiès. Cette nuit-là, les bandits armés jusqu’aux dents ont tenté de cambrioler le domicile d’Amadou Ngom sis à la cité ouvrière. La famille a été tenue en respect, mais le fils de ce dernier a pu joindre en cachette le numéro vert de la police et l’information a été répercutée au commissariat central de Thiès dont les éléments ont aussitôt débarqué su les lieux . Les malfaiteurs ont pris la poudre d’escampette, mais les policiers ont pu en interpeller. Deux, non loin du feux des enquêteurs lycée Amary Ndack Seck. Sous les feux des enquêteurs, les deux interpellés ont donné toutes les information nécessaires à la police sur le reste de la bande. Ce sont ces informations qui ont mené la police vers Dame Kà, peint comme l’intendant de la bande. Et selon des sources proches de la police, Dame Kà a opposé une résistance farouche aux policiers qui sont tout de même parvenus à le maîtriser.

source : l’AS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…