OFFENSIVE D’IDRISSA SECK.: Rewmi rencontre le grand cadre des enseignants et le SUTSAS

« Nous vous demandons de faire de l’éducation une priorité si…. »

 

La commission éducation de la consultation citoyenne présidée par Mme Awa TALL TOUNKARA et son adjoint M Babacar MAR, poursuit ses rencontres avec les acteurs de l’enseignement. Après le Grand Cadre de Mamadou Lamine DIANTE, c’est autour de l’autre grand Cadre des enseignants dirigé par Abdou FATY de recevoir la délégation de la formation politique de Idrissa SECK pour analyser les maux qui gangrènent l’école sénégalaise.

 

Après avoir rencontré le grand cadre, section Mamadou Lamine DIANTE, la commission éducation des consultations citoyennes, initiées par le parti Rewmi, a rencontré, hier, l’autre grand cadre des syndicats, dirigé, par Abdou FATY. Durant cette rencontre, la commission a diagnostiqué avec les acteurs de l’éducation la crise qui a secoué l’école sénégalaise ces dernières années. Très occupé par cette crise qui perdure le coordinateur a suggéré à ce que les conclusions de ces échanges ne soient pas rangées dans les tiroirs : « le Grand Cadre a reçu une délégation de Rewmi sur sa demande dans le cadre naturellement de ses consultations citoyennes afin qu’on partage les préoccupations de l’école. Nous, nous sommes des organisations de syndicats, constitués d’enseignants et comme vous le savez, les enseignants sont constitués d’esprits libres. Nous rencontrons tous les sénégalais qui le voudraient. Naturellement avec le Rewmi, on a échangé sur le système éducatif du pays », a d’emblée indiqué Abdou FATY qui poursuit : «  on les a renvoyés sur les conclusions des assises nationales et sur d’autres recommandations car le Rewmi voudrait enrichir leur programme pour leur projets de sociétés. C’est bien, c’est des politiques nous leur demandons de ne pas ranger ça aux tiroirs s’ils arrivent un jour au pouvoir ».

 

Toujours, dans cette veine, le coordinateur du Grand Cadre des syndicats de l’éducation a invité le parti de Idrissa SECK à faire de l’enseignement l’une des priorités s’ils accèdent au pouvoir : « ce qui est important ce sont des messieurs et dames qui veulent faire de l’éducation une priorité, ça enrichit leur programme. Et nous sommes prêts à les accompagner dans leur plateforme d’échanges concernant ce projet de société. Nous leur demandons encore de faire de l’éducation une priorité s’ils arrivent au pouvoir », persiste à dire FATY. Pour la coordinatrice de la commission- éducation de Rewmi, l’ambition du président Idrissa SECK consiste à diagnostiquer les maux de l’éducation. Et sur ce, la rencontre avec les acteurs reste une priorité : «  on aspire à diriger un pays. Il est, donc, nécessaire de se pencher sur d’autres choses particulièrement à l’éducation. C’est pourquoi, notre candidat Idrissa SECK a, tout d’abord, pensé à organiser les consultations citoyennes », dira Awa TALL TOUNKARA. Qui explique : « le principe consiste à aller vers les acteurs qui gèrent l’éducations. Et par rapport à cela il y a le grand cadre qui constitue l’un des acteurs principaux de l’enseignement. Aujourd’hui, les contextes ont changé et je trouve que ce n’est pas encore trop tard. Même s’il y a déjà des assises nationales, il faut noter que les démarches sont différentes, car nous avons opté de diagnostiquer les maux.

 

Après les Grands Cadres des enseignants le SUTSAS approuve la démarche de Rewmi.

 

A la suite des enseignants, une délégation du secrétariat national chargé de la santé à Rewmi s’est rendue au siège du syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (SUTSAS) dont le bureau national qui a bien voulu les recevoir, a dit être en phase avec la démarche des frères d’Idrissa SECK : ” ces consultations citoyennes sont en effet, une démarche originale, inclusive, qui consiste à recueillir au niveau de toutes les couches socio-professionnelles et des populations le ressenti par rapport aux politiques publiques mais aussi des propositions de solutions et avis qui seront pris en compte sérieusement dans le programme alternatif mis à jour par le candidat Idrissa Seck” explique Dr Ndoye qui poursuit ” Le SUTSAS est aussi une organisation syndicale dont l’analyse des problèmes qui affectent le système de santé et ses contributions expertes pour leur résolution sont de notoriété publique.”

 

Les deux parties ont procédé à des échanges fructueux portant sur l’analyse situationnelle du système de santé notamment sur les impaires notés dans la mise en œuvre de la couverture maladies universelle ( CMU), que ce soit la prise en charge des enfants de 0 à 5 ans, les couches vulnérables et les personnes du troisième âge ; pour qui le dispositif n’offre des mesures de gratuité opérationnelle. Les discussions ont aussi porté sur d’autres aspects du système sanitaire : la gestion démocratique du personnel, la dette hospitalière, la réforme hospitalière, la formation du personnel, le recrutement du personnel qualifié, les questions liées à l’acte 3 de la décentralisation notamment la question du transfert de compétences.

 

En définitive, sur l’offre de partenariat proposée par le parti Rewmi, les deux parties ont convenu de se rencontrer de manière régulière et de discuter de manière plus ponctuelle sur différentes thématiques.

 

Les deux parties ont exprimé chacune en ce qui la concerne sa totale satisfaction pour la démarche qui est entreprise. La délégation du parti Rewmi, conduite par le secrétaire national chargé de la santé Dr Abdoulaye NDOYE a été reçu par le bureau national du SUTSAS, dirigé par le secrétariat général Mballo DIA THIAM .

source : seneweb.com

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.