(Vidéo) Pape Alioune Diallo évoque les raisons profondes de son départ de l’APR

Dans la course à la Présidentielle de 2019, le Président Macky Sall perd un cadre de Thiès-Est. Pape Alioune Diallo, membre de la Convergence des cadres apéristes, ancien plénipotentiaire de Benno Bokk Yaakar de Thiès-Est lors des dernières élections locales a décidé de tourner le dos à ses anciens camarades et compagnons de l’Apr. Une décision difficile pour celui qui a occupé les fonctions de Directeur de cabinet quand Thierno Alassane Sall était ministre des Infrastructures et des Transports.

L’homme qui n’a pas froid aux yeux a toujours donné de sa personne pour défendre l’Alliance pour la République (Apr). En 2012, par exemple, des personnes encagoulées l’ont tabassé pour avoir défendu Macky Sall. Il a même sorti un pistolet face à des nervis prêts à lui faire la peau. Et c’est ainsi qu’il s’est retrouvé en 2012 derrière les grilles du commissariat central. Et c’est de là qu’il a appris l’annonce de la victoire du Président Macky Sall.

Mais aujourd’hui ses espoirs sont déçus, il se sent trahi.  : «Au bout de quelques années de gouvernance du régime actuel, le vent des espérances a pris la direction des désillusions. Les pratiques politiques que nous avions tant dénoncées ont refait surface progressivement au point d’occuper une place prépondérante dans la conduite des affaires publiques. L’élan de solidarité qui avait donné force à notre mouvement de révolte pour restaurer les valeurs républicaines et replacer l’action politique dans sa noble fonction originelle a cédé la place  une nouvelle forme d’engagement intéressé qui épouse les contours d’un nomadisme sans scrupule en échange d’honneurs …» L’homme dit qu’il a longtemps averti à l’interne, mais on ne l’a pas écouté. Il confie par ailleurs qu’un ami conseiller du Président de la République l’a supplié de rester, mais pour la première fois il lui refusait un service.

La «révocation » à son poste au Prodac une épée de Damoclès

Seulement, Pape Alioune Diallo qui occupe les fonctions de directeur des Systèmes d’informations au Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) risque de se mettre à dos l’appareil d’Etat comme certains l’ont vérifié à leurs dépens. «Je ne serai pas surpris demain de me faire limoger du Prodac mais j’ai mon Cv qui parle pour moi le reste je ne le gère pas», sourit-il. A moins que Hadjibou Soumaré qu’il promet d’accompagner désormais ne vole à son secours.

IGFM

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.