mardi , octobre 16 2018
Accueil / A la une / PAUL FAYE, DG DE LA SAPCO : «Un programme de rénovation urbaine de Saly sera déroulé»

PAUL FAYE, DG DE LA SAPCO : «Un programme de rénovation urbaine de Saly sera déroulé»

[template id=”821″]

Paul Faye est le Directeur général de la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal. Il répond ici à un protocole d’interview que L’Observateur lui a envoyé le vendredi dernier. Déclaration de politique générale du Premier ministre, notamment sur la requalification de la station balnéaire de Saly, le projet de la nouvelle station balnéaire de Pointe Sarène… Le patron de la Sapco se prononce sur les urgences de l’heure de sa boîte.

Monsieur le Directeur général de la Sapco, vous avez suivi la Déclaration de politique générale (Dpg) du  Premier  ministre, qui a insisté sur l’apport de l’Etat dans la requalification de la station balnéaire de Saly Portudal. Pouvez-vous expliquer aux Sénégalais, surtout aux résidents de Saly comment cela se fera ?

Cela se fera de la manière suivante : réorganiser l’entrée de Saly et l’embellir jusqu’au portique de l’entrée de la station balnéaire, avec l’aide d’un architecte-urbaniste. Un programme de rénovation urbaine sera déroulé,  avec des allées piétonnes, des aménagements paysagers et des mobiliers urbains (équipements signalétiques, bancs publics, éclairage, etc.) Déjà, 500 millions de FCfa sont mobilisés dans la loi de Finance rectificative  (Lfr)  2014  pour commencer les  travaux  d’embellissement de l’avenue Malick Ndiaye. Les 500 millions de Francs Cfa restants seront inscrits dans le budget de 2015.  Les travaux vont commencer incessamment : dallage des trottoirs, installation d’un système d’éclairage  photo voltaïque,  réaménagement de la zone boisée comme espace de loisirs. Continuer la protection du littoral côtier de Saly avec des brise-lames). Le Bureau de mise à niveau va aussi appuyer les hôtels pour se rénover et être  à même de capter les opportunités de l’ouverture prochaine de l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd).

Quel impact aura cette requalification sur l’économie de la localité ?

Rien que le programme de dallage des trottoirs et la reprise des chaussées en dalles auto bloquantes,  va générer des centaines d’emplois pour les jeunes de la localité. Et ce sera pareil dans les autres domaines.

«Le groupe espagnol qui avait manifesté son intérêt pour Pointe Sarène ne s’est pas entendu avec la Sapco» 

Outre Saly, on a beaucoup parlé du projet de la nouvelle station  balnéaire qui va voir le jour dans le village de Pointe Sarène. Où en êtes-vous ? 

Sous la supervision du Bureau Opérationnel et de Suivi (Bos) du Plan Sénégal Emergent (Pse), le projet phare de Pointe Sarène a déjà enregistré, sur la base d’une étude de faisabilité et d’impact environnemental de 2004 et d’une étude d’exécution partielle de 2009, les travaux suivants : l’installation d’une ligne d’alimentation électrique moyenne tension, construction d’un poste électrique transformateur, bitumage d’une route d’accès de 2,5kms (sur le tronçon route de joal-site) ; bitumage d’un corridor routier de 12,5 Kms desservant le site intérieur. Pour la poursuite des travaux, un cabinet de consultants est sélectionné pour parachever les études d’exécution afin de permettre la réalisation de tous les Vrd (voierie, réseaux, divers) programmés par l’étude de base. Il s’agit : d’un château d’eau dont la réalisation sera prise en charge par la Sones sur financement de la Banque Mondiale, y compris  l’Avant-projet de détail (Apd) ; d’une station d’épuration modulable, à réaliser par l’Onas sur financement du budjet consolidé d’investissement (Bci). La finalisation du revêtement de la route d’accès sera opérée  par l’Ageroute, qui a conclu un protocole de maîtrise d’ouvrage délégué des travaux d’achèvement des 12,5 kms de route intérieur. La Senelec va équiper le poste transformateur et un plan de réalisation d’un second poste et un schéma d’alimentation des lots hôteliers est élaboré par ses services techniques pour être soumis à la validation de la tutelle (ministère de l’Energie). Le ministère de l’Environnement et du Développement durable  à travers sa Direction de l’Environnement et des Etablissements classés (Deec) va  accompagner la Sapco pour  l’étude d’impact afin que le  site dispose d’un quitus environnemental. Des Investisseurs de références,  dont des nationaux, ont  signé des protocoles d’entente avec la Sapco pour la réalisation d’une station balnéaire opérationnelle en première phase en décembre 2016. Un contrat de performance est  en voie d’élaboration  avec les différentes parties prenantes pour l’atteinte de cet objectif.  Pour cela, l’Etat s’engage à mobiliser 5 milliards  de FCfa  dans la Loi de Finance initiale de 2015. Un décret de liquidation des indemnités d’éviction est signé depuis le 27 octobre 2014 et le Préfet du département de MBour, en relation avec le Receveur des domaines  de Mbour, organisera sa mise en œuvre par arrêté et l’installation d’une commission.  Le ministère des Finances, de l’Environnement, des Infrastructures et des Services  concessionnaires publics (Senelec, Onas, Sde, Sonatel etc.) se  sont déjà mobilisés pour l’atteinte des objectifs de viabilisation du site  de Pointe  Sarène dans les meilleurs délais.

Pourtant, il se susurre que le groupe financier espagnol ne croit plus à la bonne volonté du gouvernement sénégalais d’aller plus loin dans ce projet. Est-ce vrai ?

Le Groupe espagnol qui avait manifesté son intérêt pour Pointe Sarène ne s’est pas entendu avec la Sapco sur les conditions financières de réalisation  de son projet. Alors que la Sapco a acquis  les titres fonciers de la Petite Côte  pour 30 milliards de FCfa, les Espagnols souhaitaient non pas acheter les titres fonciers, mais prendre en bail les terrains à raison de 435 FCfa  le mètre carré, ce qui n’est  pas soutenable dans le plan de remboursement de la dette de la Sapco sur la cession des titres fonciers par l’Etat. Toutefois, pour tenir compte de leur investissement, la Sapco les a invités à négocier un accord sur le foncier avec le ministère de l’Economie et des Finances sur le site de Mbodiène.

«Pour éviter  l’impact négatif de l’érosion côtière sur l’exploitation des futurs hôtels que la Sapco a décidé…» 

Mais est-ce que les conditions politico-financières actuelles du Sénégal sont favorables à la mise sur pied d’un tel projet ?

L’engagement de l’Etat est total et se traduit par l’inscription du projet de Pointe Sarène  sur les 27 projets phares du Pse. La signature d’une nouvelle  convention  Etat/Sapco  le 27 novembre 2013, la cession des titres fonciers   de la Petite  Côte à la Sapco, la mobilisation de  20 milliards de FCfa  par l’Etat  du Sénégal  dans le PSE, dont  5 milliards de FCfa  en 2015 dans le Bci. En outre,  la «Deutsch Bank» et le Crédit Suisse, à travers le cabinet Laycon, ont proposé à la Sapco le financement de l’ensemble de ses projets sur le Sénégal, à hauteur de 98 milliards FCfa. L’offre de financement a été transmise à l’autorité. Dans le cadre du projet de compétitivité, la Banque Mondiale s’engage à appuyer les programmes de développement touristique de la Petite côte, y compris la protection côtière.

Beaucoup se plaignent du manque de communication sur le projet Pointe Sarène. Sur le site de la Sapco, on ne trouve que des informations datant de 2004 et 2009. Pas de plans ni de schémas directeurs…

Il est vrai que les études de faisabilité et les études partielles d’exécution, dont l’étude d’impact environnemental datent de cette période et comme mentionné plus haut, sont en train d’être réactualisées par nos partenaires techniques, donc par la Direction de l’environnement, Ageroute  etc. Pour ce qui est du schéma directeur, l’agence d’aménagement du territoire est en train de finaliser le schéma directeur de la région de Thiès, dont Pointe Sarène, Mbodiène et et Joal Finion. Donc, nous convenons de mettre à jour le site de la Sapco pour mettre en ligne  l’ensemble des développements notés sur ce projet.

Comme Saly, Pointe Sarène serait en proie à des problèmes d’érosion marine très importante. Que faites-vous pour parer à ce phénomène?

C‘est justement pour éviter l’impact négatif de l’érosion côtière sur l’exploitation des futurs hôtels que la Sapco a décidé de confier la réactualisation de l’étude d’impact environnemental à la Deec du ministère de l’Environnement et du  Développement durable qui, après exécution, devra délivrer un quitus environnemental. Ainsi donc, toutes les dispositions sont en train d’être prises par la Sapco et ses partenaires techniques et financiers  pour  l’inauguration de la nouvelle  station touristique de Pointe Sarène en  décembre 2016 par le président de la République.

 

 

source l’obs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…