Talla Sylla: “Ce qui me fait mal dans ce pays…”

Talla Sylla dénonce le “Niak Koleuré” des Sénégalais

Chez Oustaz Ibrahima Faye, où il était venu pour la cérémonie de lancement de sa caravane annuelle du Ramadan, le maire de Thiès Talla Sylla, comme à son habitude, est resté humble jusqu’à s’assoir à même le sol, malgré son statut, mais aussi sincère et franc dans son propos.

C’est ainsi qu’il faut comprendre son cri du cœur car, disant «  ce qui lui fait mal dans ce pays », c’est un diagnostic sans complaisance des mentalités et comportements des citoyens qu’il a fait.

S’il a salué l’engagement et le patriotisme du professeur Ibrahima Faye, qualités qui, du  son point de Talla Sylla « doivent être en chaque sénégalais et partir de la maison, passer par le quartier et la ville, avant d’atteindre le pays », il a inversement reproché à la majorité gens « leur hypocrisie et leur opportunisme ».

Prenant exemple sur lui même,  Siré Dia, Ndèye Tické Ndiaye et même Serigne Saliou Mbacké dont la cité qui lui était dédiée de son vivant à Ngabou est aujourd’hui en ruine, Talla Sylla a constaté que les comportements des oisifs changeaient en fonction des positions des responsables, politiques ou religieuses.

Il demande donc à tous de se réveiller, de se méfier de « ce qui  pourrait constituer une menace pour la paix et la concorde nationales ».

Philosophe, moraliste, et non politicien, Talla Sylla propose comme solution la voie tracée par Serigne Mbaye Diakhaté : « bul deglu ken  jeufàl ; bul gestu ken dokhàl » (n’écoutez personne, agissez ; ne cherchez pas à être suivi, foncez) !

Et il ajoute : « Que les autorités donne le bon exemple ! »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.