samedi , septembre 22 2018
Accueil / Internationale / TEL EST PRIS QUI CROYAIT PRENDRE… : “Les pays de l’OPEP sont bien plus vulnérables à une chute des cours du pétrole que les Etats-Unis”

TEL EST PRIS QUI CROYAIT PRENDRE… : “Les pays de l’OPEP sont bien plus vulnérables à une chute des cours du pétrole que les Etats-Unis”

[template id=”821″]

L’Arabie saoudite et les autres pays de l’OPEP qui ont voté pour le maintien des niveaux de production actuels du pétrole ont fait un pari risqué, si leur but est d’affaiblir les producteurs de pétrole de schiste américains, en faisant plonger le cours du pétrole à 66 dollars le baril, affirme Ambrose Evans-Pritchard du Daily Telegraph. Il juge que cette chute des cours pourrait favoriser la poussée des mouvements islamistes en Afrique et au Moyen-Orient, et générer des troubles politiques bien avant d’affecter négativement les producteurs américains La semaine dernière, les 12 membres l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui représente environ 40% de la production mondiale de pétrole), se sont réunis à Vienne. La majorité d’entre eux a décidé le maintien de la production actuelle, au grand dam du Venezuela, du Nigeria, de l’Iran, de l’Irak et de l’Equateur. Ces derniers ne détiennent pas des réserves financières aussi importantes que les pays du Golfe pour compenser la perte de revenus liée à cette baisse des cours, et ils se retrouvent étranglés financièrement par la chute des cours actuelle.

Mais pour Alistair Newton, qui dirige le service de risque politique chez Nomura, l’OPEP a méjugé ses concurrents américains: « La résistance des producteurs de pétrole de schiste américains pourrait s’avérer bien supérieure à celle de l’OPEP », dit-il.  Les producteurs américains ont en effet conclu des contrats de vente à terme qui leur garantissent un prix de vente profitable sur les prochains mois. Noble Energy et Devon Energy ont tous les deux garanti le prix pour les ¾ de leur production de 2015. Pioneer Natural Resources a même couvert les deux tiers de sa production jusqu’en 2016.
En outre, les coûts de production du pétrole de schiste ne sont plus élevés qu’ils l’étaient par le passé. La productivité s’améliore et les producteurs exploitent des champs de moins en moins coûteux. Les coûts de production de 70 à 80 dollars le baril pour le pétrole américain souvent évoqués prennent en compte l’acquisition des terrains et les coûts d’infrastructure. Mais lorsque ces investissements de départ ont été amortis, les coûts opérationnels tombent à un niveau très inférieur, à seulement 30 dollars par  baril, estime Edward Morse, l’analyste responsable du secteur des matières premières chez Citigroup.« Nous pouvons produire jusqu’à 50 dollars le baril », affirme Harold Hamm, de Continental Resources. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, le champ de Bakken demeurerait rentable avec un cours inférieur à 42 dollars le baril, et dans le Comté de McKenzie, le point mort pourrait même se situer à 28 dollars le baril.
D’autres régions du monde pourraient donc être bien plus durement affectées par la chute des cours que les Etats-Unis… Ainsi, le Venezuela est déjà sévèrement touché. Le pétrole représente 95% de ses exportations, et ces recettes sont cruciales pour permettre le financement des programmes sociaux engagés par la nation. Jeudi, le président Nicolas Maduro a annoncé que le pays allait réduire ses dépenses publiques, et qu’il allait examiner les salaires « de tous les employés des ministères, des entreprises publiques, à commencer par le président », dans le but d’obtenir « une proposition de réduction substantielle des salaires et traitements de la haute direction, des ministre et ministres délégués, des présidents et vice-présidents des entreprises d’Etat ». Selon Evans-Pritchard, la chute des cours du pétrole risque aussi de déclencher une crise économique dans les grands pays exportateurs tels que le Nigeria, qui pourrait permettre aux mouvements extrémistes islamistes de renforcer leur position en Afrique et au Maghreb. Ces mouvements pourraient à leur tour constituer une menace pour le régime saoudien.
Source : express.be

One comment

  1. La baisse du petrole et liée au gaz de schiste mais aussi et d’abord à la baisse de la demande mondiale vu la crise . Pour l’exploitation du pétrôle découvert au Sénégal cette baise n’est pas une bonne nouvelle? De là à ce que le frère de Macky et son beau père abandonnent leur fonction dans le pétrole rien n’ets moins sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Hey there!

Sign in

Forgot password?

Don't have an account? Register

Close
of

Processing files…