THIÈS : UN C.R.D SPÉCIAL SUR LA REFORME  FONCIÈRE.  

[template id=”821″][template id=”821″]

 

‘’La réforme foncière doit être consensuelle et participative pour être conforme à ses objectifs. Tels sont les propos du président de la Commission Nationale de la Réforme Foncière (CNRF), le professeur Moustapha SOURANG, venu prendre part au C.R.D spécial organisé sur la gestion foncière à Thiès. Il s’agit, pour le Président du CNRF, ‘’de permettre aux citoyens sénégalais, de se servir sainement de leurs terres’’. Le but de cette réforme “n’est  pas de confisquer le domaine foncier des Sénégalais, des agriculteurs, ou des pasteurs, mais de leur permettre à tous ceux qui vivent de l’exploitation de ces terres, de s’en servir sainement”, a-t-il déclaré. Le Comité Régional de Développement était présidé par le gouverneur de la région  de Thiès, M. Amadou SY, en présence de nombreux élus locaux de la région, des maires  ainsi que des représentants des agriculteurs et des pasteurs. Entre autres questions soulevées au cours de la rencontre, il faut noter la délimitation des communes et la possibilité de mise à disposition de  baux à usage d’habitation ou d’exploitation agricole. Au terme des échanges, “le système de bail emphytéotique a été rejeté, afin de  permettre aux décideurs de pouvoir procéder au renouvellement périodique des baux et pour régler définitivement les difficultés liées à l’accaparement des terre par des personnes qui ne l’exploitent pas”.”Les terres sont aujourd’hui vendues, mises  en location ou font l’objet de transmission par voie héréditaire, contrairement aux principes de la loi sur le domaine national”, a signalé le professeur SOURANG. Selon lui, cette réforme consacre l’introduction de nouveaux acteurs, dont les femmes et les jeunes, dans le but de “les aider à trouver des possibilités de disposer des terres pour l’exploitation agricole ou le maraîchage. La mise en place de la Commission nationale de reforme foncière (CNRF) “est une réponse au besoin urgent de mener une réforme aboutie et réussie en ce sens qu’elle relèvera le défi de l’appropriation. Elle vise  également  la sécurisation des exploitations familiales et des entreprises agro-industrielles par la reconnaissance de droits réels, transmissibles et cessibles”.  
THIESINFO.COM  
 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.