TOURISME MONDIAL : L’Afrique de toutes les POSSIBILITES !

[template id=”821″]

 

Le World Economic Forum a récemment publié la 5e édition de son rapport sur la compétitivité du secteur touristique à travers le monde. L’Afrique du Sud décroche la 1ère place sur le continent africain, suivie par les Seychelles et l’île Maurice tandis que le Maroc, leader en Afrique du Nord, se classe au 4e rang. Globalement, l’Afrique est divisée « touristiquement » en deux pôles. D’un côté, il y a les métropoles africaines très urbaines comme Johannesburg, Le Cap, Nairobi, Casablanca, Dakar, etc. qui se sont spécialisées entre autres dans le tourisme d’affaires et de l’autre, on trouve l’écotourisme ou le « tourisme safari » et le « tourisme de plage » dans les pays comme la Tanzanie, le Kenya, l’Afrique du Sud ou les Seychelles et l’île Maurice.

Ainsi, ces pays sont plus prisés que d’autres sur le continent en matière de tourisme. Le Maroc a, par exemple, passé le cap des 10 millions de visiteurs en 2013 grâce notamment à Marrakech qui ne désemplit jamais. En effet, entre les touristes occidentaux (Français, Anglais et Allemands) en semaine, rejoints le week-end par de nombreux Marocains, venus essentiellement des quartiers aisés de Casablanca et de Rabat, ce Babel touristique ne connaît pas la crise. Des touristes qui viennent profiter des souks, riads, des plus belles stations balnéaires, des balades dans le désert africain, ou tout simplement d’un voyage plus conventionnel dans un hôtel de luxe au cœur d’une grande ville africaine. L’Afrique du Nord avec des pays comme le Maroc, la Tunisie et l’Égypte a ainsi été longtemps perçue comme une destination « soleil » offrant un bon rapport qualité-prix, surtout pour les touristes européens.

Mais depuis quelques années, ces pays ainsi que d’autres comme le Sénégal ou la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest, font également partie des régions les plus convoitées par les touristes d’affaires sur le continent. Par exemple, Marrakech et, dans une moindre mesure, Casablanca drainent à elles seules une masse importante de touristes d’affaires dans le royaume chérifien. De même, en Afrique du Sud, le tourisme d’affaires enregistre une forte croissance. Et pour cause ! Le pays est l’une des destinations préférées des entreprises internationales pour les voyages professionnels. En effet, 63% des conférences africaines s’y tiennent, et le pays possède plus de 1000 lieux de conférence et d’exposition de rang mondial. La Tanzanie accueille aussi régulièrement dans sa capitale Arusha des événements de ce type, à l’image de la 47e Assemblée annuelle du Groupe de la Banque africaine de développement en 2012.

Ce secteur du tourisme d’affaires en Afrique s’est ainsi beaucoup métamorphosé ces dernières années sous l’effet de la mondialisation notamment, avec l’apparition de nouveaux marchés. Il constitue donc aujourd’hui, notamment en Afrique australe, un moteur important de l’activité économique. Séminaires, congrès, conventions, foires, salons, réunions de stimulation, lancements de produits et soirées d’entreprise, sont autant d’activités qui font partie du tourisme d’affaires où on retrouve des secteurs aussi variés que la finance, l’informatique, les laboratoires pharmaceutiques, la cosmétique, l’agro-alimentaire ou l’industrie automobile, etc.

Par ailleurs, l’écotourisme bénéficie également d’une très forte croissance. La biodiversité séduit en effet les touristes du monde entier dont plus de 50 % visitent une réserve animalière durant leur séjour. D’où le succès du safari qui représente le produit touristique par excellence du tourisme africain. Des pays comme la Tanzanie ou le Zimbabwe sont ainsi les préférés des touristes occidentaux en raison de leurs paysages et de leur faune. La Tanzanie avec le parc national du Serengeti et l’Afrique du Sud avec le parc national Krueger ont fait de cette forme de tourisme une de leurs principales ressources; tout comme les Chutes Victoria, d’une hauteur de plus de 100 mètres sur le fleuve Zambèze à la frontière entre la Zambie et le Zimbabwe et considérées comme les plus spectaculaires chutes d’eau du monde.

De même, le Kilimandjaro en Tanzanie, le point culminant de l’Afrique à 5892 mètres, les réserves d’animaux sauvages au Kenya (52 parcs et réserves dont la mythique réserve de Masaï Mara) et en Namibie, les plages sauvages des Comores ou encore l’île de Gorée au Sénégal, un haut-lieu symbolique de la traite négrière transatlantique, constituent les sites touristiques les plus courues en Afrique subsaharienne.

 

Source : Afrique Expansion

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.