TRAITÉ FNI : La Chine dénonce «le CHANTAGE» de Donald Trump

Après que Donald Trump a annoncé que la Chine devrait être partie prenante du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Pékin a rappelé qu’il ne tolérerait aucun «chantage» de la part de Washington. La Chine ne tolérera sous aucune forme le chantage sur la nécessité de son adhésion au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), et exhorte les États-Unis à réfléchir avant de prendre toute décision concernant leur retrait de ce traité, a déclaré mardi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chuying. «La Chine s’en tient toujours au caractère défensif de sa politique de défense nationale, défend les intérêts de son propre État, la Chine ne tolérera aucun chantage de la part d’autres pays», a déclaré la diplomate.

Donald Trump a annoncé samedi son intention de sortir du traité, accusant Moscou de le violer et soupçonnant la Chine de développer activement des armes. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov ainsi que le signataire russe du document, Mikhaïl Gorbatchev, ont averti Washington du danger de cette initiative, évoquant la possibilité d’une riposte.La diplomatie chinoise a mis en garde les États-Unis contre les effets négatifs de leur retrait unilatéral du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), tout en rappelant le rôle de ce document pour la sécurité globale. Signé le 8 décembre 1987 par le Président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev, le Traité FNI visait à détruire en trois (3) ans les missiles d’une portée de 500 à 5.500 km.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.