Un «SÉRUM de vérité» aux prisonniers

La CIA a songé à administrer un «sérum de vérité» pour forcer les présumés terroristes à parler, selon un rapport auparavant classifié qui a été remis à l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) à l’issue d’une longue bataille judiciaire. D’après ce document de 90 pages dévoilé mardi, des médecins de la CIA envisageaient l’usage du puissant sédatif midazolam, prescrit normalement pour traiter l’anxiété, afin d’obtenir des informations de prisonniers non consentants. Pourtant, en fin de compte, la CIA a décidé de ne pas demander au département de la Justice d’approuver l’utilisation de médicaments lors d’interrogatoires, ce qui a épargné aux médecins «certaines préoccupations éthiques importantes», selon le rapport. En 2009 Barack Obama alors Président, a mis définitivement un terme à ce programme d’interrogatoires tandis que Donald Trump sa part déclaré persuadé que la simulation de noyade était «efficace» pour interroger des prisonniers.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.