Election Présidentielle 2019: Une cure collective pour la diaspora Sénégalaise?

Envoies moi de l’argent, “Deuk bi Dafa Macky”! “Fi dara Dokhoufi, Amouniou Dara”…Les gens de la diaspora doivent-ils continuer à croire à ces genres de propos dont les gens du pays leur rabâchent les oreilles la plupart du temps, pour leur soutirer de l’argent pour ne pas dire, “pour les arnaquer”? En tout état de cause, aujourd’hui plus que jamais, on constate que les émigrés sénégalais, sur les réseaux sociaux, comme s’ils avaient subi un choc émotionnel collectif, ne savent plus à quel saint se vouer. Entre ce qu’on leur dit et la réalité du terrain, le fossé est gigantesque. Entre le Mépris, les insultes, et les fake news: La diaspora Sénégalaise devenue virulente, agressive et parfois même ridicule, se défoule à fond à travers les réseaux sociaux, surtout depuis la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 24 février 2019.

Est-ce un mépris de leur part envers les Sénégalais ?

Depuis la clôture des bureaux de vote et la proclamation des résultats provisoires consacrant Macky Sall vainqueur de cette joute électorale, les Sénégalais, dans leur grande majorité, ont tourné la page, par respect à la vérité des urnes. Parce qu’une urne ne vous remet que ce que vous y avez mis ! Depuis lors, l’on semble observer un climat social serein sur toute l’étendue du territoire national. Mais (et il y a un mais), cette sérénité semble entachée du fait des propos malveillants venant de certains éléments de la Diaspora.


En effet, les vidéos et audio circulent tous azimuts fournissant de fausses informations sur ce qui s’est réellement déroulé dans notre pays pendant les 21 jours de campagne et après la proclamation des résultats. Certes, chacun des quatre candidats en lice a grignoté des voix dans tous les pays où se trouvent établis nos compatriotes ? C’est normal qu’ils remplissent leur devoir civique, parce que, bien que loin du pays, il n’en demeure pas moins qu’ils sont des citoyens sénégalais soucieux du devenir de leur pays.
La Diaspora, est-elle en train de nous mépriser ?


Le Sénégal est l’un des rares pays dans ce monde qui respecte le plus les notions de démocratie. Ne doit-on pas leur rappeler ce qu’est quoi la démocratie ? Rien d’autre qu’un régime politique où le peuple détient le pouvoir de façon collective, c’est à dire que tous les citoyens ont le pouvoir. On dit alors que le peuple est souverain. Alors, ce régime s’oppose à la monarchie, où le pouvoir revient au roi. Donc, c’est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, comme l’ont dit Périclès et Abraham Lincoln.


Mais certains compatriotes établis en Europe, aux Etats-Unis et un peu partout dans le monde, ont plus ou moins oublié où doit-on commencer et où s’arrêter. Ce qui les intéresse le plus est en quelque sorte une manière de se faire voir, avec l’espoir d’être convoqué peut-être bien pour d’un poste de responsabilité. Sûrement qu’ils auront fait fausse route, oubliant que cet Etat sénégalais s’occupe bien d’eux au point de leur donner des représentations au Parlement (députés) et d’autres avantages également.
Donc, conformément à cette démocratie à laquelle on se réfère, certains poussent le bouchon en s’en prenant à la vie privée des hauts responsables de ce pays, le chef de l’Etat et son épouses, la première Dame en premier. L’élection présidentielle a été bouclée, les candidats pour lesquels leurs militants et leurs sympathisants battaient campagne ont semblé se résigner et se rendre à l’évidence que les dés étaient jetés. Actuellement, ils sont en train de cogiter d’autres stratégies, toutes au profit du Sénégal.

Mais les éléments de la Diaspora entendent nous pousser à la révolte, un chaos qu’ils n’assisteraient que de loin parce qu’ils ne fouleront jamais le sol du pays. Ils ont surtout oublié que dans une démocratie, le peuple élit ses représentants et chaque citoyen peut donner son avis en votant. Le gouvernement ainsi constitué doit ensuite agir dans l’intérêt général. Même s’il n’existe pas de critère reconnu par le monde pour définir la démocratie, l’on peut cependant considérer qu’elle doit respecter plusieurs principes, comme l’égalité devant la loi, le respect de la liberté, l’existence de lois établies par le peuple et respectées par le gouvernement.
Mais pour y parvenir, laissons le temps au gouvernement d’y réfléchir quand on sait que ce deuxième mandat du président fera des grincements de dents dans son entourage. Ce qui veut dire qu’il procédera sans doute à des changements. « Que non », semble répondre ces mauvaises graine de l’ivraie qu’il faut vaille que vaille mettre hors d’état de nuire, d’autant que une infime partie d’entre eux appelle à l’insurrection dans un pays de quelques 14 millions d’habitants. Ils oublient cependant que si tel est le cas, ils n’y prendraient pas part, mais leurs familles restées ici en pâtiraient.
Il est temps pour ces « compatriotes » de se remettre en cause
Pour dire qu’il est temps, vraiment temps pour eux de se remettre en cause mais aussi de savoir raison garder. Le Sénégal s’est frayé son chemin dans le monde par son amour au travail, sa démocratie, sa Téranga légendaire, son ouverture. Les temps est venu d’aider nos futurs gouvernants dans la reconstruction de ce pays. Déjà, les auteurs de ces propos désobligeants ne savent même pas qu’ils sont en train de mettre leur candidat perdant dans de mauvaises postures.


Ils se doivent, ces messieurs de la Diaspora, de réfléchir sur les voies et moyens qui leur permettent de bien rebondir en 2014. Insulter le président, son épouse, ses proches, ses militants et ses souteneurs ne changer en rien ce qui a été fait. Macky Sall est sevré de tels faits. Il a entendu des vertes et des pas mûres durant son premier mandat, mais cela ne l’a jamais détourné de la voie qu’il s’est tracée : celle de satisfaire le Sénégal et ses populations. Chers compatriotes, nous envoyer à l’insurrection n’est ni plus ni moins qu’un mépris à notre endroit et tout Sénégalais conscient ne vous écoutera pas. Permettez à vos chefs de l’opposition de réfléchir sur d’autres voies plus justes, car eux savent ce qu’ils ont à faire. A bon entendeur, salut

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.